Accès direct au contenu

Encore du boulot

OM : les 4 axes de travail prioritaires dElie Baup

La victoire obtenue par l’OM sur la pelouse de Reims(1-0) laisse néanmoins une impression mitigée. Avec quatre chantiers prioritaires pour Elie Baup.

Un quatuor offensif désordonné
Difficile pour le quatuor Valbuena-A.Ayew-Gignac-J.Ayew de trouver ses marques alors que les permutations ont été nombreuses. L’entente entre les quatre joueurs offensifs a été pour le moins laborieuse. Mais plus que leur comportement offensif qui nécessite forcément des automatismes, c’est surtout le replacement défensif qui laisse quelques interrogations. Rarement, les frères Ayew ont apporté leur contribution dans le replacement défensif et l’OM a parfois semblé coupé en deux entre les milieux défensifs et la défense d’un côté, et ce quatuor offensif de l’autre...

Cheyrou-Kaboré, une étincelle dans l’inconnu
Difficile d’établir la moindre critique au sujet de ces deux-là quand le second a distillé une offrande parfaite pour une volée magistrale du premier. Pourtant, Cheyrou et Kaboré ont régulièrement, durant la rencontre montré quelques difficultés à se situer. Un coup trop proche des attaquants, un coup trop proche des défenseurs. Difficile d’établir une notion de bloc équipe et Reims a régulièrement profité de ces espaces au milieu.

Azpi-Morel, des côtés qui flanchent
Cesar Azpilicueta était attendu alors que Chelsea semble de plus en plus pressant pour s’attacher ses services. De retour des JO et sans véritable préparation, Azpi est apparu fatigué. Pas aidé, il est vrai, par un Jordan Ayew qui l’a totalement abandonné, Azpilicueta a peu apporté offensivement et s’est contenté du strict minimum derrière. A l’opposé, Jérémy Morel n’a pas rassuré les sceptiques. Discret dans l’apport offensif, qui est censé être sa force, Morel a aussi laissé le danger se développer régulièrement sur son côté.

Jordan Ayew, drôle de remplaçant
En l’absence de Morgan Amalfitano, Elie Baup était contraint d’innover dans son onze de départ en titularisant le plus expérimenté des remplaçants potentiels, Jordan Ayew, sur le côté droit. Un choix pas vraiment couronné de succès. Non seulement Ayew a une fâcheuse tendance à garder le ballon plus qu’il ne le faudrait. Mais avec, il se montre en prime peu décisif. Et on ne parle pas de son apport défensif inexistant qui n’a pas aidé.