Accès direct au contenu

Preuve d’amour

OM : Baup prépare sa première bouillante au Vélodrome

Elie-Baup

L’OM est un club pas comme les autres. Ferveur, passion, excès sont des adjectifs accolés au champion d’Europe 1993 

Quand Elie Baup a accepté la mission de reprendre l’Olympique de Marseille, confiée par Vincent Labrune et Margarita Louis-Dreyfus, il savait exactement où il mettait les pieds. Coach expérimenté et observateur avisé pendant trois ans au micro de Canal+, il savait qu’il lui faudrait séduire.


Les supporters, pilier du club
Qui dit OM dit supporters. Impossible d’occulter l’importance de ses derniers dans l’environnement marseillais. Capables de soutenir leur équipe sans réserve, les Ultras savent aussi se faire entendre lorsqu’ils estiment que leur club chéri n’est pas sur les bons rails. C’est pour les rassurer que José Anigo, accompagné de 6 joueurs et en présence de Baup, a rendu visite aux Winners (virage sud). Elie Baup sait que dans le bagage d’entraîneur de l’OM, il doit y avoir la qualité de VRP. Un talent de communiquant qu’il a utilisé pour l’occasion, afin de montrer toute la proximité que cet homme de terrain et de terroir sait avoir. Une simplicité, une faconde de son Sud-Ouest natal et la passion du football qui ont conquis les Winners, eux qui avaient été très peu tendre avec Didier Deschamps. Elie Baup a su séduire, et surtout utiliser les bons leviers afin de se donner du crédit auprès de supporters indispensables à une saison réussie. Un discours certes rôdé, mais assumé et non feint. Le coach à la casquette est sincèrement animé des valeurs qu’il défend. Dans tous les clubs fréquentés auparavant, il a su respecter et faire respecter l’institution. A chaque fois, il a su entretenir l’image du club, notamment en faisant confiance aux jeunes du centre de formation. Chez lui, la communication est mise au service de convictions profondes.

Le retour aux bases du foot
Au sortir de la visite rendue aux Winners, le technicien phocéen n’a pas tardé à annoncer la couleur. «J'ai surtout senti que quelque chose nous réunissait : l'amour pour ce club et pour ce maillot. Je retiens de cette rencontre nos valeurs communes, l'engagement, la générosité ». Le décor est planté. Pas de fioriture ni de bling bling, avec le Haut-Garonnais on revient aux bases du foot, avec en fil rouge la passion. Celle du maillot d’abord. « On doit d’abord mouiller le maillot et donner du plaisir aux spectateurs ». Car il le sait bien, tout donner sur le terrain c’est recevoir le centuple de la part des tribunes. A fortiori dans un Vélodrome qu’il investira ce soir pour la première fois en tant que maître des lieux. 30 000 personnes sont attendues, et même s’il y a des travaux (Ganay est fermée), il manquera quand même quelques 10 000 fans pour faire le plein. Des amoureux déçus qu’il faudra aller chercher, qu’il faudra mériter.
L’OM a souvent eu du mal à se faire respecter sur son terrain ces dernières années. La pelouse marseillaise doit absolument redevenir un endroit d’où l’on repart vaincu. Pour ce faire, la recette du nouveau boss est claire : générosité, abnégation et don de soi. Des vertus qui soulèveront les tribunes, et redonneront ses lettres de noblesse à un douzième homme bien terne.