Accès direct au contenu

Histoire de séries

Noel reussit si bien a marseille

le10sport

Les frimas de l'hiver et l'approche des cadeaux donnent des ailes aux Olympiens. Depuis de longues années, c'est presque une tradition, l'OM ne perd pas son dernier match avant la trêve. Rassurant avant d'affronter Auxerre.

Souvenez-vous de ces images qui datent du 21 décembre 2008 :



Pour les supporters marseillais, un cauchemar. Pour les autres, un plaisir. Mais ne vous y fiez pas, ces images sont un OVNI dans le paysage marseillais, l'exception qui confirme la règle. La tradition, dans la cité phocéenne, veut en effet que la dernière rencontre avant les vacances soit globalement une réussite. Sur les sept dernières années, les Olympiens se sont en effet imposés à quatre reprises pour deux nuls et une seule défaite, l'an passé face à Nancy. Un souvenir sans doute vivace mais à mettre en perspective dans la globalité? L'accueil d'Auxerre, au Vélodrome ce soir, sera d'ailleurs une histoire de séries, en plus de cette tradition hivernale. L'OM reste sur quatre matches sans défaite (dix points en douze matches), de quoi donner l'envie à Deschamps de conclure sur une bonne note. «Tout le monde a besoin d'un petit peu de vacances mais il faut rester concentré sur le match de mercredi pour bien conclure le cycle de cinq matches que l'on avait au mois de décembre. »

Auxerre, victime désignée
Auxerre, de son côté, n'est d'ailleurs pas avare en bons chiffres. Deux buts inscrits en cinq matches, cinq rencontres sans victoires. Trois résultats nuls d'affilée. N'en jetez plus, Jean Fernandez et leurs hommes n'ont pas besoin de cela. Sans compter le calendrier qui a offert aux Marseillais un jour de repos supplémentaire. « Quand on joue tous les trois jours, un jour de plus ou de moins, c'est important. C'est clair que les Marseillais seront plus frais que nous. Si on n'a pas récupéré, ça va être difficile. » Et tout cela ne prend même pas en compte les fins d'années laborieuses de l'AJA en Ligue 1 où, sur la même période que les Olympiens, les Icaunais ne se sont imposés que deux fois ! Amis parieurs, pas sûr que la rencontre soit donc propice au moindre risque. A moins que Jean Fernandez ait passé un coup de fil à Pablo Correa, qui a peut être gardé la recette?