Accès direct au contenu

Mots doux

MBia sattaque aux supporters

Marseille a gagné. Mais Marseille a mal joué. Et les habitués du Vélodrome ont montré leur mécontentement. Des banderoles et des chants piquants très moyennement appréciés par les joueurs de Didier Deschamps.

Il n’y avait pas la foule des grands soirs, ce samedi au Vélodrome. Face à Arles-Avignon, l’OM a enregistré sa plus faible affluence de cette saison 2010-2011, avec 47 737 spectateurs. Oui, l’affiche n’était pas très séduisante, mais ce faible score s’explique surtout par un ras-le-bol général. Le spectacle n’est plus là et les fans s’ennuient. Les banderoles de mécontentement fleurissent. Mandanda et ses coéquipiers ont donc pu apprendre qu’il fallait se « bouger le cul », qu’ils étaient des « tafioles » et des « clochards ». Des clochards qui touchent l’équivalent de plusieurs centaines de SMIC par mois…

M’Bia se rebelle
Et pour M’Bia, la pilule n’est semble t-il pas passée. L’arbitre de la rencontre siffle la fin des 45 premières minutes et le camerounais, pas pressé de se faire remonter les bretelles par Deschamps, se dirige vers le Virage Nord. La suite est un peu floue mais la Provence, dans son édition du jour, parle d’un échange verbal très tendu. Il aura fallu toute la diplomatie de Gabriel Heinze pour calmer le défenseur marseillais et l’inviter à rejoindre les vestiaires.

Le pire, c’est que M’Bia est capable de demander une revalorisation salariale pour ça…

Le camerounais n'est en tout pas le seul à avoir mal digéré ces banderoles. Via un communiqué, le Paris Foot Gay exorte le club phocéen de condamner la banderole déployée par ses supporters samedi soir ("Bande de tafioles, soyez des hommes). Un thème justement abordé vendredi dernier dans le Club 10.