Accès direct au contenu

Message

Marseille c’est different

le10sport

Chaque parole, chaque geste est décortiqué dans l'univers ultra-médiatique dans lequel évolue l'OM. Didier Deschamps et José Anigo l'ont rappelé dernièrement à Souleymane Diawara et Hatem Ben Arfa. Ils semblent avoir été partiellement entendus.

«Marseille, c'est pas'» Remplissez le blanc avec le nom de n'importe quel autre club français et la phrase tient toujours. Elle peut même être appliquée aux dirigeants ou techniciens labellisés OM. Cette sentence a été ressortie à deux reprises à peu de temps d'intervalle par Didier Deschamps, pour Souleymane Diawara, et José Anigo, envers Hatem Ben Arfa.

Un message seriné qui commence à rentrer : «Deschamps a raison. Dans ma vie, ça m'est arrivé de faire des conneries, mais ça n'a jamais pris autant d'ampleur. Mon erreur, je l'assume, mais maintenant, je sais qu'à Marseille, dès que tu fais quelque chose, tout le monde le sait et tout est décuplé. Je vais me faire discret», promet dans L'Equipe Souleymane Diawara, qui a cumulé dernièrement les gaffes (interpellation pour conduite sans permis et carton rouge face au Real Madrid, Ndlr).

Hatem Ben Arfa se dit lui à l'écoute de ces conseils, notamment prodigué par José Anigo qui croit toujours en lui («Son éclosion est certes un peu lente, mais je campe sur mes positions : quand un joueur a ce potentiel-là, il faut accepter d'être patient. Il a ce jeu instantané, libre qu'avait un Magnusson ou un Waddle et qu'on trouve peu aujourd'hui»). Mais ses actes trahissent encore un manque de compréhension de l'environnement qui l'entoure. Pour justifier son absence récemment à l'entraînement, l'ancien Lyonnais arguait d'un retard à l'aéroport de Tunis dû à une erreur informatique.

Mais à Marseille tout se sait. La Provence indique que l'aéroport de Tunis n'a pas connu ce genre de difficulté ce jour-là. Reste l'hypothèse d'un problème lié à la compagnie aérienne. Deux vols étaient affrétés direction Marseille. Celui d'Air France n'a pas enregistré de retard. Celui de Tunisair, seulement 21 minutes de décalage. Un peu léger finalement pour expliquer une absence totale à un entraînement.