Accès direct au contenu

Tous absents…

Mandanda, Fanni, Nkoulou : l’OM coulé par ses cadres

VA-OM

Cet après-midi, l’Olympique de Marseille s’est incliné pour la première fois de la saison sur le terrain de Valenciennes (4-1). Et cette défaite, déjà lourde du point de vue du score, est à imputer aux cadres olympiens. la défense en tête.

Toutes les séries ont une fin. Celle de l’Olympique de Marseille, qui avait remporté ses six premiers matchs de l’année, s’est brusquement arrêtée, cette après-midi, sur la pelouse du stade du Hainaut (4-1). Et si le score est lourd en faveur de Valenciennes, ce n’est pas complètement le fait de la bonne performance des hommes de Daniel Sanchez. Cette défaite est surtout due à la faillite de certains olympiens, et pas des moindres.

Mandanda, un match à oublier

Car même s’ils ont rapidement pris le contrôle du ballon, les Valenciennois ne se sont pas montrés dangereux, à part sur une reprise à bout portant d’Anthony Le Tallec. Une action parfaitement sortie par Mandanda, qui montrait pourquoi Marseille était la meilleure défense d’Europe au coup d'envoi. Mais dès ce début de match, on sentait les Phocéens pas au mieux, à l’image de Nkoulou, pourtant irréprochable depuis le début de saison, qui n’attaquait pas le ballon et laissé filer Kadir (9’). Un inattention qui laissait présager du pire, notamment pour les cadres phocéens. Et à force de pousser, les Nordistes ont pris l’avantage grâce à Gaël Danic, auteur d’un coup-franc somptueux (15’). Menés pour la première fois de la saison, les joueurs d’Elie Baup ont tenté de réagir mais Valbuena manquait le cadre sur un centre parfait de Kaboré (22’). Mais à part cette situation, les leaders n’ont pas réussi à venir inquiéter Nicolas Penneteau. Le portier valenciennois qui s’est régalé des centres et corners des visiteurs, les captant sans pression, Gignac ayant trop souvent décroché.

Ayew sauve l'honneur
Au contraire, c’est à nouveau Mandanda, héros malheureux de la fin de la première mi-temps, qui a vu le danger se rapprocher de sa surface. Le numéro 2 de l’équipe de France, pourtant parfait depuis le début de saison, se ratait complètement sur un dégagement à la main. Ballon qui retombait dans les pieds de Kadir pour le 3-0 (39’). Auparavant, c’était Rod Fanni, qui n’évolue certes pas à son poste depuis le début de saison, qui n’attaquait pas le ballon, et se faisait tranquillement devancé par Danic (encore lui), qui servait Le Tallec sur un plateau (2-0, 34’). Un match à oublier pour Mandanda, même si, lors du deuxième acte, le capitaine olympien, encore esseulé par une défense centrale dépassée, a sorti plusieurs parades (58’, 59’), ne pouvant empêcher Le Tallec de s’offrir un doublé (4-0, 63’), et son club de couler totalement, malgré la réduction du score tardive de Jordan Ayew (92'). Probablement émoussés par le début de saison marathon, les cadres de l’OM ont donc complètement craqué aujourd’hui, sur le terrain d’une équipe qui n’a toujours pas encaissé le moindre but à domicile. Et avec l’enchaînement de matchs tous les trois jours, Elie Baup peut avoir du souci à se faire…