Accès direct au contenu

SOUCIS RECURRENTS

Lyon a cible son probleme

le10sport

Si le PSG est confronté au souci de la grippe H1N1, Lyon doit faire face à celui des adducteurs ! L'OL a peut-être fait une erreur de casting dans son recrutement : le préparateur physique Vincent Espié, remplaçant de Robert Duverne.

Vincent Espié a beau avoir fait ses preuves avec l'équipe de France de ski, il est peut-être encore un peu trop jeune dans le monde du football. Remplaçant au pied levé de Robert Duverne en juin dernier, celui-ci ayant l'envie de travailler à temps plein avec les Bleus, l'ancien préparateur physique du LOSC, qui a travaillé une saison avec Claude Puel, a été indirectement ciblé par son président dimanche soir sur M6. «Le changement de préparateur physique peut changer un certain nombre d'habitude», a expliqué JMA, qui cherche à comprendre les causes des nombreuses blessures de ses joueurs. Invité sur le plateau de 100% Foot, Vikash Dhorasoo n'a pas dit le contraire, en s'adressant au président de l'OL : «Vous avez changé de préparateur physique ? Ben voilà». Après la déculottée reçue à Nice, Lyon compte en effet pas moins de six joueurs se plaignant encore des adducteurs : Toulalan, Cissokho, Lisandro, Cris, Delgado plus Lloris, Boumsong, Bodmer et Källström.

«Fatigues physiques et intellectuelles»
«C'est agaçant et à l'origine de la difficulté que nous avons aujourd'hui pour être régulier, poursuit Aulas, qui a ciblé encore plus en profondeur le souci de ses troupes : «Il y a les nouvelles chaussures qui ne protègent pas assez la voûte plantaire, le fait d'utiliser davantage les matériels de musculation, des statistiques sur la charge de travail.» Le docteur Carrot, qui a longtemps travaillé à Saint-Etienne émet les mêmes pistes dans les colonnes du Progrès : «Tout est lié aux fatigues, physiques et intellectuelles. Il y a aussi des problèmes liés à l'entraînement, la nécessité d'un entretien musculaire, d'un travail personnel qu'on oublie, les étirements, l'alimentation, la gestion de la vie quotidienne et pas seulement la récupération». Après dix journées, l'heure est donc déjà à l'essoufflement du côté de l'OL. Son site officiel avance les statistiques depuis le début de la saison et on apprend ainsi que les Lyonnais ont tiré 167 fois et n'ont cadré que 50 fois, pour 16 buts (leurs adversaires ont tiré 110 fois, ont cadré 46 fois, pour 11 buts). A la lecture de ces chiffres, un autre vrai problème pourrait donc se poser.