Accès direct au contenu

Foot - FC Nantes

Taxe à 75 % - FC Nantes : « Convaincu que beaucoup de joueurs vont quitter notre championnat »

Waldemar Kita, FC Nantes

Les présidents de Ligue 1 continuent de commenter le dossier de la taxe à 75%. Waldemar Kita a livré sa vision de la situation pour Ouest-France.

Jeudi soir, la donne n’avait pas changé. Malgré la réunion entre le Président de la République et plusieurs dirigeants du football français dont Vincent Labrune, Jean-Michel Aulas et Frédéric Thiriez, la taxe à 75% a été maintenue, tout comme la grève. Si la volonté de trouver une solution a été affichée, rien n’assure que les rencontres se joueront le weekend du 30 novembre.

« SI ELLE EST APLLIQUÉE… »

Le président du FC Nantes a une nouvelle fois joué sur les mots : « Ce n’est pas une grève mais une journée ouverte. J’espère que la famille du football va se réunir rapidement. C’est prématuré de dire qu’il n’y aura pas de match mais si l’on ajoute une taxe, alors que tous les clubs sont en déficit, cela signifie qu’il faut diminuer les charges. Si elle est appliquée, je suis convaincu que beaucoup de joueurs vont quitter notre championnat. Je suis surpris de voir que les gens qui viennent au stade sont favorables à cette taxe, qu'ils pensent que ce sont les joueurs qui sont concernés et non les clubs. L'information n'est pas bien passée auprès du public ».

GUINGAMP CONTRE LA GRÈVE

Le weekend du 30 novembre, le FC Nantes est censé rencontrer Guingamp. Le club breton avait d’ailleurs fait parler de lui en raison de sa position vis-à-vis de la grève : « En Avant de Guingamp affirme son entière solidarité envers les clubs concernés par cette taxe, qui viendra mettre en péril l’équilibre économique d’un secteur d’activité créateur de 25 000 emplois, et contribuant fortement à la solidarité nationale. L’EAG rappelle également, ainsi qu’il a eu l’occasion de l’exprimer publiquement, puis dans le débat interne aux clubs, qu’il considère la forme prise par ce mouvement comme inadaptée. Le club appelle à la reprise d’un dialogue constructif avec les pouvoirs publics afin d’éviter un contre-sens économique, préjudiciable au final tant à l’Etat qu’aux clubs de football, à leurs supporters, et plus globalement à tous les amoureux du football. »

Articles liés