Accès direct au contenu

Fin de malédiction

Erding fait taire les mauvais langues

le10sport

Mevlut Erding, meilleur buteur du PSG la saison dernière, n'avait inscrit qu'un petit but en 8 journées. Avec sa deuxième réalisation de la saison sur la pelouse du Stadium, le Turc remet tout le monde à sa place.

De plus en plus brouillon, de moins en moins lucide. Les critiques commençaient véritablement à fuser au fur et à mesure que les matchs sans buts passaient pour Mevlut Erding. Il faut dire que la période de disette se faisait sentir. Un petit but lors de la première journée face à Saint-Étienne (3-1) … puis plus rien. Une inefficacité devant le but qui commençait même à peser sur l'efficacité de son compère d'attaque Guillaume Hoarau. Le dernier but de l'international français remonte au 11 septembre dernier face à Arles-Avignon (4-0).

La libération

«J'ai l'impression que les gens et les médias s'inquiètent plus que moi. J'ai déjà vécu des périodes comme celle-ci, sans marquer, quand j'étais à Sochaux. C'est le lot de tous les attaquants», expliquait l'attaquant turc pendant la trêve international. Plutôt agacé par ce débat récurrent sur son efficacité, le Parisien a remis les pendules à l'heure en inscrivant le but du break pour le PSG face à Toulouse (2-0), samedi soir. Une réalisation qui n'aura pas étonné le joueur. «Je reste sur trois saisons où j'ai marqué plus de dix buts chaque fois en L1, assurait l'international turc avant le match. L'année dernière, après huit journées, je n'avais marqué que deux buts. Cela ne m'a pas empêché d'en mettre dix-neuf, toutes compétitions confondues. La saison est longue et je donne rendez-vous à la 38eme journée.»

L'explication ?

Antoine Kombouaré est un entraineur têtu et qui marche à la confiance. En tout cas, il accorde toute la sienne à Mevlut Erding qu'il a constamment titularisé sur le front de l'attaque parisienne malgré le mutisme de son buteur. « Le coach a eu confiance en moi. Il a su être patient, ça a payé », déclarait Erding lors de sa sortie à la 70e minute du match face à Toulouse. Pas de doutes d'un côté comme de l'autre : voilà peut-être la recette du nouveau PSG ? Autre élément de réponse. Lors de son retour de sélection, le buteur parisien a eu le droit à une séance spécifique de frappes au but tout au long de la semaine. Un acharnement visiblement payant.