Accès direct au contenu

Jackpot perdu

Comment Sochaux a perdu 15 millions deuros

Kevin Anin

15 millions partis en fumée ? Sochaux aurait touché le jackpot en vendant ses deux joueurs en août dernier. Aujourd’hui, ils ne valent plus grand-chose. Explications.

Sochaux s’en mort déjà les doigts. En août dernier, les Lionceaux auraient pu garnir leurs caisses de près de 15 millions d’euros en laissant partir Anin et Maïga. Aujourd’hui, le président, Alexandre Lacombe, serait ravi de les céder pour trois fois moins cher. Il faut dire que les relations sont considérablement tendues depuis. Les deux joueurs, conseillés par le même agent (Karim Aklil), ont multiplié les absences à l’entraînement et les déclarations tapageuses.

Anin pète un cable
La situation est bloquée, il va falloir laisser partir les joueurs en janvier pour que l’ambiance ne pourrisse pas encore plus. Pour Anin, un prêt avec option d’achat pourrait être étudié. Le joueur s’est mis en marge de l’effectif. Le milieu de terrain est un ovni dans le monde du football. Selon plusieurs membres de son entourage, Anin considère le football comme un simple gagne pain, un moyen de nourrir sa famille. Il entretient une véritable haine du milieu dans lequel il évolue et accepte de moins en moins de se plier aux exigences d’un sport de haut niveau. Francis Gillot, aujourd’hui à Bordeaux, connaît très bien le bonhomme pour l’avoir géré tout au long de la saison dernière : « On sait qu’avec lui l’équilibre est fragile, nous a déclaré le technicien. On est toujours sur un fil. Il faut être attentifs, l’entourer, j’avais su le faire avec mes adjoints. Aujourd’hui, ce ne sont pas ses qualités de footballeur qui sont remises en cause. Je ne suis pas totalement étonné mais vous ne savez pas tout. Il ne faut pas tout le temps taper sur les mêmes personnes. Des choses se sont passées. » La fracture date en effet du mois d’août dernier. À cette époque, le représentant du joueur est en discussions avancées avec Arsenal. Un accord est proche d’être trouvé. Gilles Grimandi, recruteur pour les Gunners prend quand même quelques renseignements sur la mentalité du joueur en appelant des dirigeants sochaliens. Certains, qui ne veulent pas le voir partir, dressent alors un portrait au vitriol. Arsenal fait machine arrière. L’épisode est venu aux oreilles du joueur. Anin réclame un rendez-vous avec son président et explose littéralement dans le bureau d’Alexandre Lacombe.

La fracture Maïga
Le lien est brisé et, alors que les Gunners étaient prêts à miser plus de 7 millions d’euros sur lui en août, le voilà disponible dans le cadre d’un prêt ou contre une indemnité très basse. « On est un club formateur et on fait beaucoup de pédagogie, assure Lacombe. Mais aujourd'hui, on est dans l'urgence, donc plus de temps pour la pédagogie. C'est un garçon pour qui j'ai beaucoup d'affection, mais il est perturbé. On va probablement le laisser partir car je ne vois pas comment on peut continuer comme ça. » D’après nos informations, Bordeaux est notamment candidat. « Je n’aurais aucun mal à travailler à nouveau avec lui, annonce Gillot. Je sais comment le gérer et il ne me fait pas peur, je n’ai absolument aucun problème avec lui, c’est un profil intéressant, physique, qui sait aussi jouer au ballon. » Pour Maïga, la situation est tout aussi problématique. Le joueur touche un salaire de 50 000 euros par mois. Une somme dérisoire pour un élément qui a inscrit 15 buts en Ligue 1 la saison passée. Sochaux lui a transmis l’été dernier une offre de prolongation dans laquelle son salaire était doublé. Maïga refuse car, dans le même temps, Newcastle lui propose près de 200 000 euros par mois et prépare une offre de 8 millions d’euros à Sochaux. Mais les Lionceaux refusent alors de laisser partir leur attaquant. Nouveau clash. Là encore il n’y aura aucun signe d’apaisement et Sochaux cède au mois de décembre en acceptant de laisser partir son joueur à Newcastle. Maïga passe la visite médicale et un problème au genou est décelé. Recalé. Un souci supplémentaire qui plombe considérablement sa valeur sur le marché des transferts. « Les absences de Modi ont été moins récurrentes que celles de Kevin Anin, concède Lacombe, mais il y a fracture avec le public. » Maïga va donc lui aussi partir mais encore faut-il que des offres soient formulées alors que des clubs s’interrogent sur son état de santé…

Retrouvez Le 10 Sport jeudi dans vos kiosques