Accès direct au contenu

DECOUVERTE

Clasico : Les sales histoires de Ben Arfa

Le milieu de terrain de l'OM disputera, sauf surprise, son premier Clasico dimanche au Parc des Princes. Ce passé sulfureux va servir les intérêts de Ben Arfa et donc de l'OM.

Voilà bientôt deux ans qu’Hatem Ben Arfa est arrivé à l’Olympique de Marseille. Acheté 12 millions d’euros à l’été 2008, l’ancien joueur de l’OL, qui a gardé une participation sur lui, aurait déjà pu (dû) disputer trois Clasico. Il n’en a joué aucun. Pourquoi ?

Marseille – PSG : 2-4, 10e journée de Ligue 1 : 26 octobre 2008

Le dernier coup fourré du Paris Saint-Germain contre l’OM. Une sublime prestation d’ensemble des hommes de Paul Le Guen au cours de laquelle émerge le talent de Guillaume Hoarau, encore peu connu à l’époque et en pleine éclosion. A lui seul, il aura plié la rencontre. Alors que les Marseillais ont aux abois, Eric Gerets demande à Hatem Ben Arfa d’entrer sur le terrain. Le joueur refuse, prétextant une douleur aux adducteurs. Son entraîneur, qui l’avait mis sur le banc en raison de son piètre match à Eindhoven (1-2), trouve ça inadmissible. «C’est le match que je regarde depuis tout petit avec l'époque des Boli, Raï et tout ça. Je suis très heureux d'y participer comme joueur, c’est une fierté», avait déclaré HBA quelques jours plus tôt.

PSG – Marseille : 1-3, 28e journée de Ligue 1 : 15 mars 2009

La revanche marseillaise a lieu près de cinq mois plus tard. Elle est totale. Hatem Ben Arfa, en raison des choix tactiques d’Eric Gerets, n’y participe pas. Le coach belge souhaite en effet équilibrer son milieu de terrain avec la présence de Bolo Zenden, dont l’abattage défensif et le rendement sont remarquables depuis quelques matches. Le Néerlandais ouvre d’ailleurs la marque et l’OM s’imposera largement 3-1 au Parc. Le club phocéen passera devant son hôte du soir au classement pour revenir à un point du leader lyonnais. On connaît la suite.

Marseille – PSG : 1-0, 10e journée de ligue 1 : 20 novembre 2009

Didier Deschamps voulait faire d’Hatem Ben Arfa un titulaire indiscutable à son arrivée sur la Canebière mais ce dernier n'est pas sur la pelouse du Vélodrome en cette soirée hivernale. DD a de bonnes raisons. 48 heures plus tôt, les deux hommes ont eu un accrochage verbal assez virulent. «Tu me casses les c…», avait balancé HBA au nez et à la barbe de son mentor. «Je trouve regrettable que l'on puisse exprimer des noms d'oiseaux entre un joueur et son entraîneur, mais ce n'est pas l'incident de l'année, ni même celui de la semaine», tempère alors Jean-Claude Dassier. Le problème, c’est qu’à la mi-octobre, le joueur avait manqué un entraînement prétextant avoir raté son avion en Tunisie. Deux semaines plus tard, il se fait remarquer en plein match face à Toulouse en s'apprêtant à faire son entrée sur le terrain avec sur les épaules le maillot de Mamadou Niang. Trop, c’est trop.

PSG - Marseille : 26e journée de ligue 1, 28 février

Hatem Ben Arfa est un tout autre joueur depuis 2010. Régulièrement titulaire, il fut remplaçant à Copenhague en 16es de finale aller de la Ligue Europa et a débloqué la situation. Jeudi, au retour, il devrait refaire parler de lui… en bien. «Je me sens bien. Mes coéquipiers me sollicitent de plus en plus. Ça me responsabilise et ça me donne davantage confiance. On a acquis une mentalité de gagneur, on l'avait peut-être un peu moins auparavant. Durant sa carrière, le coach l'a toujours eue et il n'a cessé de nous la transmettre». Quant au Clasico, il s’est déjà exprimé chez nos confrères de L’Equipe : «Ce sera particulier pour moi car je n'ai encore jamais fait de Clasico, il y a toujours eu de petites choses qui m'en ont empêché, mais on devra avant tout viser la victoire. Prendre les 3 points contre Nancy, et Paris, c'est pareil». Ça a le mérite d’être clair.