Accès direct au contenu

Il se met à table

C1, Mercato, Ribéry : Al-Khelaïfi balance tout

Nasser Al-Khelaifi

Nasser al-Khelaïfi a récemment donné une interview au magazine allemand Sport Bild. Et le président du Paris Saint-Germain a évoqué de nombreux sujets, notamment ceux de l’argent et des transferts. Petit florilège.

Depuis le début de saison, on en entend très peu parler. Nasser al-Khelaïfi est assez discret depuis le début du mois d’août. Pourtant, son club est au centre de toutes les attentions, et pas seulement en France. Le président du Paris Saint-Germain, où il entame sa deuxième année, a récemment été interviewé par les allemands de Sport Bild. Et forcément, ce n’était pas pour parler de la Ligue 1.

La Ligue des Champions :
C'est l'objectif numéro 1 du PSG version Qatari. Remporter la Ligue des Champions, pour devenir pleinement l'un des meilleurs clubs européens. Et force est de constater qu'il y a une ressemblance avec le Chelsea d'Abramovitch. En 2004, lorsque Roman Abramovitch a repris les Blues, c’était dans l’espoir de remporter la C1, ce qu’il a enfin fait en mai dernier. Car malgré les trois titres de champion d’Angleterre et les nombreuses coupes, c’était le seul et unique but du russe « Abramovitch a travaillé dur pour gagner son argent. Et avec Chelsea, il a constamment poursuivi son objectif. Je pense qu’il doit être heureux vu le temps que cela a pris. Les fans de Chelsea le sont aussi. C’est une belle histoire pour tous » explique le patron de Qatar Sports Investment. Et c’est justement ce même rêve que vise le président parisien, là encore à moyen terme. « C’est mon plus grand rêve. Mais je sais aussi que nous avons besoin de temps avant d’y arriver ».

L’argent dépensé par QSI :
Forcément, avec les deux derniers mercato records effectués par le club de la capitale, la question a été posée de savoir comment se passeraient les prochaines années sur le marché des transferts. Mais le problème n’est pas l’argent pour le Qatari. « Il ne s’agit pas de savoir ce que nous dépensons, mais de ce que nous devons dépenser pour arriver à nos fins. Et pour nous le but est clair : Nous voulons être l’un des plus grands clubs d’Europe dans les cinq prochaines années. Tous les clubs qui sont en haut ont eu recours à cette méthode. Je pense qu’il est normal, dès lors, d’investir de l’argent ». Et de l’argent, QSI compte continuer à en investir du côté des Champs-Elysées. « Nous allons encore acheter des joueurs dans les 2-3 prochaines années. Mais nous construisons en même temps notre centre de formation qui sera, je l’espère, l’un des meilleurs du monde. Je suis persuadé que par la suite, nous pourrons renforcer l’effectif avec des joueurs du crû, sans avoir besoin de dépenser ». a déclaré le président du groupe d’information Al-Jazeera.

Le Bayern, Rummenigge… et Ribéry :
Forcément, les germaniques ont évoqué la Bundesliga, pour savoir ce que le président parisien pensait du football d'outre-Rhin. Et l’ancien joueur de tennis s’est attardé sur le Bayern Munich, notamment les propos de Karl-Heinz Rummenigge, président du conseil d’administration. « Je pense que les patrons de clubs doivent respecter le travail de leurs homologues. Je peux vous assurer que nous n’aurons aucun problème avec le fair-play financier. Il y a des règles, nous nous y conformons. Le Salaire d’Ibrahimovic ? Si Rummenigge est malade, il faut qu’il aille voir un médecin. Ibrahimovic est le meilleur attaquant du monde. Vous devez toujours garder à l’esprit que nous parlons d’un joueur, ce n’est pas seulement une question d’argent. Les gens doivent comprendre que les joueurs ne viennent pas pour l’argent, mais pour notre projet ». Pour finir, le président de club de foot s’est attardé sur l’essentiel, le terrain, en évoquant Franck Ribéry, le meilleur joueur de Bundesliga. « Ribéry est fantastique. Un super joueur, et l’un des meilleurs de la planète à son poste. Il fait un excellent travail au FC Bayern. Mais nous allons respecter les contrats existants. Lorsque nous serons intéressé, nous en avertirons d’abord le club ». Pas sûr que cela plaise à Rummenigge, Hoeness et Beckenbauer…

Rémi dos Santos

Découvrez Le 10 Sport de cette semaine en kiosques ou en ligne