Accès direct au contenu

Phrases chocs

Bordeaux : la conférence de presse hallucinante de Ben Khalfallah

Très (trop') discret depuis deux saisons avec Bordeaux, Fahid Ben Khalfallah a fait parler de lui ce vendredi en conférence de presse. Entre règlement de comptes et phrases chocs.

17 matchs l'année dernière, trois depuis le début de saison et aucun but : voilà le bilan du Tunisien depuis quelques mois sous le maillot bordelais. Observateur du jeu bordelais depuis le banc de touche ou en tribunes, l’ancien valenciennois a été l’auteur d’une sortie médiatique très remarquée cette après-midi. Il s’est d’abord attardé sur la production collective, loin d’être suffisante à ses yeux : « Dans le jeu, on est limités et c'est vraiment loin d'être exceptionnel. Donc il vaut mieux s'en rendre compte maintenant que venir pleurer dans un mois ou deux en regardant le classement. On ne montre pas grand-chose, je dirais même, si je voulais être méchant, qu'on est pathétiques depuis deux rencontres ». Il n’y va pas de main morte et ce n’est qu’un début…

« Il y en a qui sont débiles »
Une fois la performance collective analysée, le milieu de terrain s’est attardé sur le comportement de certaines individualités. Sans langue de bois : « Voir certains comportements, ça me saoûle, c'est vrai. L'effectif vit bien. Mais des choses, avant les matches ou après, à l'entraînement, des attitudes ne me plaisent pas ». Après avoir caractérisé Cédric Carrasso comme le seul titulaire indiscutable, il a continué son discours en employant des phrases chocs : « Il y en a qui sont débiles. Je veux dire, il y en a qui ne se rendent pas compte, il faut les titiller, les pousser parce que ce n'est pas en eux. Moi, j'ai du mal à comprendre ces comportements ». Si son discours dénonce, il montre aussi son énorme envie de gagner et de toujours faire plus. Mais sa façon de s’exprimer peut clairement choquer : « Je vais être grossier mais faire bander le public contre Lille, si à la fin tu n'éjacules pas, et ben... Il faut gagner les matches ».

En s’exprimant de la sorte, Ben Khalfallah a sans doute voulu faire passer un message avant le derby du Sud-Ouest, dimanche face à Toulouse.