Accès direct au contenu

Journal du sport, actualité sportive

Ben arfa conseille par eric besson

On croyait que la carrière du joyau marseillais pouvait difficilement tomber plus bas. On avait tort. Depuis deux mois, HBA reçoit l'aide d'un conseiller très spécial : le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale.

Au coeur du sulfureux débat sur l'identité nationale française, initié par notre président, une question se pose dans le milieu du ballon rond. La réussite de la carrière d'Hatem Ben Arfa est-elle un élément essentiel de notre identité nationale ? A priori, non. Ou alors ça part vraiment en vrille, tout ça. Toujours est-il, en tout cas, que la trajectoire yoyo de l'ancien joyau de Clairefontaine fait partie, depuis un peu plus de deux mois, des priorités du ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, le félon Eric Besson. On anticipe votre réaction. Quoiiiiiiiiiiiii'''!!!''? Explications. Car si Besson s'intéresse au destin de Ben Arfa, ce n'est pas par désir de vérifier si le garçon est bien français et ne mérite pas un aller simple en charter. Au contraire.

L'information, passée inaperçue jusque-là, nous est livrée dans la dernière version de l'excellent hebdomadaire Marianne, datée du samedi 12 décembre. Les premières lignes de la passionnante enquête sur le ministre « le plus haï de la République », signée Vanessa Schneider, révèlent la relation au grand jour. Passionné de foot, au point même de voir son nom être évoqué dans un montage à plusieurs pour un éventuel rachat du FC Nantes, Besson avait décidé, le 30 septembre dernier, de se faire plaisir en assistant, à Madrid, au match de Ligue des champions entre le Real et l'Olympique de Marseille. Fan de Ben Arfa, Besson passe le match à observer son poulain, scotché au banc de touche. Rentré à quelques minutes de la fin du match, Hatem veut trop en faire, comme souvent, et multiplie les maladresses. Au point d'être sifflé par les supporters marseillais venus soutenir les leurs dans la capitale espagnole. Une situation qui fait enrager le ministre. De retour à Paris, il récupère le contact du joueur marseillais via un ami.

"Ben Arfa sait tout faire, mais il n'y arrive pas"

« Il n'est pas bien entouré, il lui faut de l'aide! », lâche l'homme qui avait quitté le camp de Ségolène Royal pour se ranger derrière Nicolas Sarkozy en pleine campagne présidentielle de 2007. Besson contacte Ben Arfa. Un lien se noue entre les deux. Depuis, selon les propres mots du ministre, Besson « s'occupe » de Hatem. Et l'article de citer une phrase du ministre à propos du joueur marseillais : « Ben Arfa, c'est un joyau. Il sait tout faire, mais il n'y arrive pas. » Alors ? Conseiller d'ordre psychologique ? Coach mental qui prend de son temps pour discuter avec HBA et lui faire passer un cap au niveau mental ? « On n'en saura pas plus », explique Marianne. On s'inquiète tout de même. Ben Arfa a beau ne pas encore exploiter tout son potentiel, se tourner vers Eric Besson pour progresser sur le terrain ne nous semble pas forcément la meilleure idée. Hatem est peut-être déjà plus au fond du trou, sur le plan mental, qu'on ne veut bien l'imaginer. Reste une question, essentielle. A quand Martine Aubry, chef du bordel géant appelé PS, conseillère spéciale de la défense lyonnaise, histoire d'expliquer aux remparts des Gones comment ressouder les liens d'un groupe ?