Accès direct au contenu

L’honneur est sauf

ASSE : les 3 inquiétudes de Galtier

Si Brandao a réussi à sauver le point du match nul pour l’ASSE à Nice (1-1), dans un match inégal, Christophe Galtier va devoir plancher sur quelques certitudes. L’avenir des Verts en dépend.

Une défense défaillante
Pour une fois, la défense à quatre éléments de Galtier semblait solide avec la rentrée de Clerc à droite et le replacement de Brison à gauche. C’est pourtant ces mêmes latéraux qui ont manqué de percussion dans le domaine offensif et de sérénité près de leur surface. Avec des latéraux un ton en dessous, l’axe central a globalement tenu le choc mais s’est loupé sur plusieurs occasions niçoises, notamment sur le but où elle a été bien fixée par Cvitanich. Comment oublier le penalty, aussi, suite à une faute franchement discutable de Clément sur l’excellent Eysseric, qui avait fait la misère à Bayal Sall, entré en jeu en cours de match ? Sans un loupé de ce même Cvitanich, qui a manqué le cadre lors de la sentence, l’ASSE serait rentrée bredouille.

Brandao, un but qui cache la forêt
Auteur d’un joli doublé contre Nancy pour sa première titularisation en Ligue 1 avec l’ASSE (4-0), Brandao a été le sauveur des Verts au Ray. A cette première lecture, on peut penser que c’est tout bon pour sa confiance. Sauf que l’attaquant brésilien a réalisé un match très moyen (44% de passes réussies, 15 ballons perdus, 4 petits ballons gagnés). A l’image de ses compères offensifs, il a énormément gâché. Si Aubameyang a touché du bois, les Verts ont tiré 16 fois au but et n’ont cadré que 8 fois (sans compter les 9 corners contre 4). Quand on se présente avant le match avec la meilleure attaque, c’est trop peu.

Zouma, c’est grave docteur ?
C’est LA mauvaise nouvelle de la soirée pour Galtier : la blessure de Kurt Zouma. Suite à un tacle « bizarre » du pied droit, alors que le gauche semblait plus naturel, le défenseur stéphanois a dû quitter prématurément ses coéquipiers à l’heure de jeu après avoir été temporairement replacé par Clément dans l’axe. Bayal Sall l’a alors suppléé pendant une demi-heure inégale (voir plus haut). Si les images ne mentent pas (entorse du genou '), le casse-tête pourrait se compliquer pour l’entraîneur de l’ASSE, qui doit encore bricoler en défense, où Perrin a encore dû dépanner. S’il y reste performant, ça commence à devenir une habitude inquiétante.