Accès direct au contenu

Chacun pour soi

OM : Pour Ayew, les egos ont pourri le vestiaire

 OM : Pour Ayew, les egos ont pourri le vestiaire

Sur le terrain, l’OM se porte bien. Dans le vestiaire, la bonne entente règne. Mais l’an dernier, quand les bons résultats fuyaient les phocéens, chacun, ou presque, jouait pour son compte. André Ayew raconte.

Le discours, devant les médias, est toujours le même, et ce, quelque soit la forme de l’équipe. « Le groupe vit bien », répètent-ils en cœur. La vérité est bien différente. Pour que l’entente soit bonne, il ne faut qu’une chose : des résultats. L’OM le sait mieux que quiconque, avec une saison passée rongée par des prestations très ternes, et les conflits dans le vestiaire. Miracle, cette année, l’OM gagne, et tout va pour le mieux. André Ayew, témoin idéal, raconte dans les colonnes de La Provence les changements de mentalité effectués cet été.

« Dans le vestiaire, ça gêne »

Le milieu de terrain, bagarreur sur la pelouse, évoque la vie d’un groupe professionnel : « Dans une équipe, tout le monde veut être décisif ; mais aujourd'hui, et j'espère que ça va durer, on n'y pense plus trop. C'est dû en partie aux médias, car on a l'habitude de mettre en lumière celui qui marque sans penser au travail collectif qui est fourni. On en fait tout un flan, alors qu'on oublie le boulot des défenseurs, des milieux... Dans le vestiaire, ça gêne. Ou, du moins, ça a gêné l'année dernière. Ce n'est plus le cas : là, on donne la balle à celui qui est le mieux placé ».

« Quand on est à l'OM, c'est qu'on est un grand joueur »

Mais à en croire le Ghanéen, l’effectif marseillais est sensé : «  Quand on est à l'OM, c'est qu'on est un grand joueur. On réussit à faire abstraction de tout ce qui se dit autour. On sait qu'il n'y a pas qu'un ou deux joueurs qui font l'équipe, mais c'est un ensemble. Demain ça peut être moi, après toi, ensuite l'autre, etc... Et c'est ce qui nous fera avancer. Une personne ne peut pas tout faire ; on est en train de le toucher du doigt en ce moment ».

L’OM sur le bon chemin

Et pour conclure, l’ainé de la fratrie marseillaise cite tous ses coéquipiers. Oui, ça serait trop bête de briser cette belle « unité » : « C'est un ensemble. Aujourd'hui, on parle des passes de Valbuena et d'Amalfitano, des efforts de Gignac, de mon travail défensif, des performances de Kaboré ou Cheyrou... Tout ça fait que c'est plus facile pour tout le monde ». C’est N’Koulou qui va faire la gueule…