Accès direct au contenu

Crise

« L’OL et l’OM ne feront que 50 % des ventes qu’ils espèrent »

Damien Comolli, l'ancien directeur sportif de Tottenham, St-Etienne et Liverpool, connaît parfaitement le marché européen. Pour lui, Lyon et Marseille, qui doivent vendre pour recruter, auront du mal à éviter de baisser leur prix s'ils souhaitent finaliser des ventes.



Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, est confronté de plein fouet à cette problématique sur certains dossiers, comme celui de Lloris, pour qui il continue d'exiger 18 millions d'euros, alors que les clubs intéressés, comme un temps Liverpool et maintenant Tottenham, ne mettent qu'autour de 12 millions. JMA peut-il éviter de diminuer ses tarifs ?


« Non, difficilement, pronostique Damien Comolli, dans les colonnes du 10 Sport actuellement en kiosque. Le seul moyen, c'est qu'il arrive à vendre des joueurs dont il ne veut plus et qui lui coûtent très cher en salaire. S'il y arrive, il pourra résister sur certains dossiers. S'il n'y arrive pas, il devra vendre ses joyaux. Mais je pense que le marché français va rester bloqué. Là où des clubs du second marché anglais, comme Aston Villa ou Newcastle, mettaient 15 millions d'euros, ils mettent désormais 5 millions. Si des clubs comme l'OM ou l'OL font 50% du business qu'ils espèrent, ce sera déjà beaucoup. »