Accès direct au contenu

Décevant

Les sanctions étranges de l’UEFA

Nicklas Bendtner

Depuis le début de l’Euro, l’UEFA passe beaucoup de temps en commission de discipline. Racisme, jets de projectiles, sponsor,… sont certaines des infractions recensées et qui ont occasionnées plusieurs centaines de milliers d’euros d’amende. Pourtant, certaines décisions rendues par l’instance européenne, laissent songeur.

100 000€ et un match de suspension. Voila le montant de l’amende qu’a écopé Nicklas Bendtner, pour avoir montré son caleçon, frappé du nom d’un site de paris, après avoir marqué contre le Portugal. L’UEFA s’était réunie en commission pour statuer sur le sort du Danois, et s’est référé à l’article 18 (un équipement porté par un membre d’une sélection doit être vierge de sponsor), pour le sanctionner. Mais l’instance européenne, présidée par Michel Platini, ne s’est pas réunie simplement pour le buteur de Sunderland depuis le début de l’Euro 2012. Au contraire, c’est même une (mauvaise) habitude.

Racisme, Banderoles illégales, jets de bananes

Depuis le 8 juin, les débordements de supporters sont fréquents, et le moins que l’on puisse dire, c’est que certaines sanctions prisent à leur encontre laissent à désirer. Certes, la Fédération russe a écopée d’une amende de 120 000€ et de 6 points de pénalité avec sursis pour les qualifications à l’Euro 2016, à cause de la bagarre provoquée par ses « supporters », qui s’en sont pris à des bénévoles après le match contre la République Tchèque. D’ailleurs, deux d’entre eux ont été expulsés du pays, et interdit d’espace Schengen pendant cinq ans. Mais cette affaire relevait du droit pénal. Lorsque ces actes se déroulent en tribunes, la sanction est beaucoup moins lourde. Pour des banderoles et des drapeaux illégaux et jets de fumigènes, la Fédé russe n’a été sanctionnée « que » de 30 000€ d’amende.

Les sanctions pour les fumigènes varient d’ailleurs selon les pays, la Pologne écopant de 4000€, l’Allemagne de 10 000€. Les Russes ont en plus eu la chance que les chants racistes à l’encontre de Gebre Selassie, international tchèque, ne soient pas aller devant la commission. Les Croates, coupables d’injures raciales et de lancer de bananes à l’encontre de Balotelli, devraient être sanctionnés. Heureusement pour eux, et pour leur porte-monnaie (ils ont déjà payés 25 000€ pour invasion du terrain et jets de projectiles contre l’Irlande), les dernières contraventions données par l’UEFA pour des actes de racisme, sont bien loin des 100 000€ infligés à Bendtner (Espagne en 2004 : 56 000€, Serbie en 2007 : 20 000€, Croatie en 2008 : 12 000€). Pourtant, le Danois n’a fait de mal à personne lui. Moralité, pendant l’Euro, mieux vaut être raciste que sponsorisé.

Rémi dos Santos