Accès direct au contenu

Egypte-Algérie J-3

Legypte marque la premiere

L'Egypte a gain de cause pour l'éventuel match de barrage face à l'Algérie. Le tirage au sort a désigné le pays souhaité par les champions d'Afrique : le Soudan. Pas de quoi altérer l'incroyable ferveur qui traverse l'Algérie. Une mobilisation qui surprend même les joueurs.

La presse algérienne décortique la moindre information concernant le décisif Egypte-Algérie du 14 novembre. A tel point que le possible match d'appui fait parler ce mercredi. La FIFA a procédé au tirage au sort pour désigner le pays hôte de cet éventuel barrage. L'Algérie souhaitait jouer en Tunisie, l'Egypte au Soudan. Ce sont les doubles champions d'Afrique qui ont gain de cause.

L'enthousiasme du peuple algérien ne s'en trouve pas modéré. El Watan décrit cet engouement en multipliant les anecdotes comme ces chômeurs qui se sont cotisés pour confectionner un drapeau national géant. Les revendications sociales devront attendre l'après-14 novembre pour avoir une chance d'être entendues. La grève des enseignants ou encore le sit-in des travailleurs sont relégués au second plan.

L'attente est immense comme le montre cette pancarte associée à un drapeau national : «La vie c'est comme le football, seul le résultat compte.» Le Soir d'Algérie lance même un appel au peuple algérien pour qu'un drapeau soit attaché à chaque maison le soir du 14 novembre.

Cette pression qui monte ne se fait pas sans débordements. Les provocations entre supporters des deux pays se multiplient. Les joueurs eux-mêmes sont surpris par cette fièvre : «ça prend des allures pas possibles. Je suis d'accord pour qu'il y ait une grande tension, car il s'agit tout de même d'une qualification en Coupe du monde. Mais le fait de voir tous ces dérapages entre deux pays frères, alors là je n'arrive plus à suivre. Je ne comprends plus rien», regrette le Lorientais Yazid Mansouri dans Le Buteur.