Accès direct au contenu

Madeleine

Le jour ou Mourinho a chiale

le10sport

A le voir et l'entendre, José Mourinho impose une image de gros dur. Et pourtant, son adjoint Aitor Karanka a révélé deux croustillantes anecdotes le concernant.

Pour ne pas salir l'institution Real Madrid, José Mourinho doit avoir une image plus lisse. Avant même le début de la saison, le mot d’ordre a été donné au club pour lui brosser une image plus humaine que celle qu’il a offerte la saison dernière, notamment lors des Clasicos. Le premier à jouer la marionnette n’est autre qu’Aitor Karanka.

Deux exemples frappants
Interrogé sur le manque de simplicité de son entraîneur en chef, le fidèle adjoint du « Special one » a donné quelques exemples de son humanité. « J’ai une paire d’exemples, débute-t-il. On se rappelle tous de la polémique qu’a eue José avec Manuel Preciado. Ce que l’on sait moins, c’est que José l’a appelé en personne le jour où son père est décédé. J’en ai une autre. Un jour où l’on jouait la Coupe du Roi à Murcie, je l’ai vu très ému quand Pedro Léon lui a présenté un enfant atteint d’une maladie incurable et qui était en phase terminale. Il a pleuré à chaudes larmes ». Un sacré sentimental ce José.