Accès direct au contenu

VRAIS DEBUTS

Le cousin de messi ca vaut quoi

le10sport

Vous ne saviez peut-être pas que le probable futur Ballon d'or avait un membre de sa famille qui jouait au foot ? Il s'appelle Emanuel Biancucchi et évolue en Allemagne.

Une coupe de cheveux et un pied gauche qui ne sert pas seulement à monter dans le bus. La liste des similitudes entre Lionel Messi et Emanuel Biancucchi s'arrête peut-être là. Peut-être car, pour tout vous dire, c'est qu'on ne l'a pas beaucoup vu jouer Biancucchi depuis son arrivée en Europe. C'était déjà il y a un an et demi, en provenance des Newell's Old Boys de Rosario. Depuis, il n'avait jamais joué avec l'équipe première de? Munich 1860, en deuxième division allemande ! Décevant quand on a 21 ans, l'envie qui va avec et qu'on est le cousin du probable futur Ballon d'or. «Emanuel est un joueur normal, un jeune Argentin de 21 ans, rien de plus. Le reste ne m'intéresse pas», coupe son entraîneur Ewald Lienen. Ce dernier a été son sauveur.

70 minutes et ovation du public
Car en 2008, impossible de se faire une place au soleil mais plutôt à l'ombre de l'équipe réserve. Qu'est-ce qui clochait chez lui ? Son adaptation ralentie par le fait de ne parler ni allemand, ni anglais, par exemple. D'où l'arrivée salutaire de Lienen, ancien coach de Tenerife, qui parle l'espagnol. Ouf. Des problèmes administratifs sont également venus envenimer la situation. Très tôt, Biancucchi avait demandé le passeport italien mais celui-ci n'a jamais été validé. Il a ainsi fallu une autorisation spéciale de la fédération allemande pour qu'il puisse enfin mouiller le maillot. Côté terrain, son premier match a été une franche réussite. Contre Duisbourg, avec une nette victoire à la clé, «le cousin de'» a joué 70 minutes à fond en débutant son match sur le flanc gauche pour ensuite terminer la partie à droite du milieu de terrain. Quelques jolis gestes ont rythmé sa partition, assombrie par des carences criantes dans la récupération du ballon. Il est toutefois sorti sous les applaudissements du public. C'est déjà ça.