Accès direct au contenu

Journal du sport, actualité sportive

La star de la can c’est lui

le10sport

Orange présentait cet après midi son imposant dispositif pour la Coupe d'Afrique des Nations. Pape Diouf, son consultant vedette, même s'il réfute ce terme, était là et nous a expliqué sa mission.

Pape Diouf s'est longtemps fait attendre cet après midi. L'emblème d'Orange pour cette Coupe d'Afrique des Nations 2010 était retenu à Marseille par des intempéries. Mais il n'a pas mis longtemps à nous faire profiter de sa verve légendaire. Sur son rôle pendant la CAN, qu'il suivra sur place en Angola: « Je ne voulais pas être réduit à tenir un micro et poser deux questions, je ne voulais pas être enfermé ». On sent chez l'ancien Président de l'OM une réelle volonté de faire profiter la chaîne et ses abonnés de son réseau et de sa faconde légendaire. Cette métaphore l'illustre à merveille: « Vous savez, des gens comme Denisot ou même PPDA ont réussi à leur manière à nous faire vivre des grands événements comme le festival de Cannes à travers leur expérience, les gens qu'ils rencontrent lors de dîners, ça aussi ça intéresse le téléspectateur au moins autant que des analyses de match ».

"Samuel Eto'o m'a déjà appelé"

Très demandé après son départ de l'OM (« cinq chaînes m'ont fait des propositions »), Orange a vraiment réalisé un gros coup en recrutant celui qui fut, dans l'une de ses nombreuses vies, journaliste à La Marseillaise et au quotidien Le Sport. Aussi à l'aise avec les dirigeants (« Je n'ai eu besoin que de deux coups de fils pour avoir Platini en direct ») qu'avec les joueurs (« Samuel Eto'o m'a déjà appelé pour que l'on se voit là-bas »), son répertoire n'a pas de prix. Enfin, il en a un mais il assure ne pas en avoir fait sa priorité. Son aventure avec Orange survivra-t-elle à la CAN ? Pape laisse la porte ouverte à une éventuelle prolongation de contrat « Je connais très bien le football africain. Au moins aussi bien que le football européen et même mondial ». Anecdote à l'appui pour étayer son propos : « Gerets m'a dit un jour : vous êtes le seul Président avec qui j'accepte de parler football », nous a-t-il confié, fier comme un Pape.