Accès direct au contenu

BOF BOF

Italie-France : Verratti, une première mitigée

Marco Verratti

Titularisé pour la première fois de sa carrière avec la sélection italienne, Marco Verratti a soufflé le chaud et le moins chaud. Très utile à la relance, le milieu de terrain du PSG est en revanche impliqué sur le but des Bleus.

Pour Marco Verratti, la réception de l’équipe France, était synonyme de grande première. Ses premiers pas en tant que titulaire sous le maillot de la Squadra Azzura. En l’absence d’Andrea Pirlo, laissé au repos, le milieu de terrain du PSG s’est logiquement positionné juste devant la défense italienne. Comme avec le club de la capitale, Verratti a d’abord assuré dans un rôle qui lui colle à la peau.

Une plaque tournante
Véritable chef d’orchestre, l’ancien de Pescara est apparu serein. A l’aise techniquement, il a offert quelques ouvertures de grande classe pour ses attaquants. A la 10ème minute, c’est lui qui délivre une superbe passe de trente mètres à Stephan El Shaarawy. Le Milanais remise pour Mario Balotelli, qui trouve la barre transversale d’Hugo Lloris d’une belle frappe du droit. Premier relanceur, Marco Verratti a su aussi jouer simplement. Des passes courtes dans les pieds, qui ont souvent crée des décalages pour ses partenaires. Beaucoup plus calme que lorsqu’il évolue sous les couleurs parisiennes, l’ancien de Pescara s’est même permis quelques râteaux qui ont régalé le public parmesan.

Valbuena lui a donné du fil a retordre
Mais Verratti a également connu quelques difficultés. La faute à un Mathieu Valbuena des grands soirs. Positionné au poste de numéro 10, le Marseillais a d’abord subi le marquage à la culotte du Parisien. Au fil du match, l’international tricolore a pris ses marques et a donné le tournis au petit milieu de terrain italien. A la 21 ème minute, il a déposé Verratti à côté du poteau de corner grâce à un une-deux éclair. La suite est magique : une frappe enveloppée à l’angle de la surface de réparation qui est venu mourir dans la lucarne opposée de Salvatore Sirigu. Un peu plus en dilettante sur la fin de la première mi-temps, Verratti a été pris par le positionnement du lutin marseillais. Une première mitigée donc pour le Parisien, qui a laissé sa place au maître Andrea Pirlo à la 50ème. La passation n’est pas encore prête d’avoir lieu.

Par Thomas Figueiredo