Accès direct au contenu

Caprice

Guardiola Le Real va nous battre

Barça-Atlético. Trois buts à zéro. Triplé de Lionel Messi. Pourtant, après la rencontre, Pep Guardiola a tenu à mettre en garde ses troupes.

En première mi-temps, tout y est. Le jeu en une touche de balle de Busquets et Xavi, les accélérations d’Iniesta et Messi, la disponibilité de Villa, les allers-retours de Daniel Alves. Le Barça joue sa partition à merveille. Au retour du vestiaire, le match prend pourtant une autre allure. Les cochoneros mettent le pied sur le ballon et se montrent sensiblement plus dangereux. Sans pour autant inscrire de but. L’arbitre siffle la fin du match, le Barça glane une seizième victoire en seize matches (en battant au passage le poussiéreux record du Real Madrid de Di Stéfano) et Messi rajoute un triplé dans sa besace de buts déjà bien garnie. Pourtant, lors de la conférence de presse d’après-match, le chef d’orchestre Pep Guardiola est venu déplorer quelques fausses notes.

De grosses échéances à venir

En défenseur acharné du beau jeu, Pepe Guardiola est revenu sur cette deuxième mi-temps moins maîtrisée. Voir l’Atlético jouer à la baballe sur sa pelouse l’a rendu fou : « Nous avons eu quelques difficultés. Nous n’avons pas tué le match. En jouant comme cela, le Real Madrid gagnera la finale de la Copa del Rey ». Une drôle de déclaration.

Guardiola voit plus loin, et redoute les deux confrontations face aux joueurs d’Arsène Wenger : « Il y a plusieurs choses à améliorer avant la visite d’équipes plus fortes comme Arsenal. »

Attention de ne pas passer pour un enfant gâté. Une pensée pour Deschamps, et Pep devrait retrouver le sourire rapidement.