Accès direct au contenu

Les Ivoiriens ont vu juste

Gervinho eclipse Ronaldo

En décrochant un nul chanceux (0-0), le Portugal a limité la casse. A l'image de Gervinho, les Ivoiriens ont fait souffrir les coéquipiers de Cristiano Ronaldo.

En l'absence de Didier Drogba côté ivoirien au coup d'envoi, tous les yeux étaient rivés sur Cristiano Ronaldo. Le capitaine de la sélection portugaise joue gros lors de ce Mondial. S'il veut prouver qu'il est le meilleur joueur de la planète, c'est maintenant qu'il doit sortir le grand jeu. Dès les premières minutes de la partie, l'attaquant de la sélection portugaise, moins gominé qu'à l'habituelle, semble dans un grand jour. Premier touché de balle et déjà un premier carton jaune infligé à Demel. Cinq minutes plus tard, Ronaldo allume la première mèche. Un changement de direction et une puissante frappe de trente mètres qui s'écrase sur le poteau (11e). Vingt bonne premières minutes et puis plus rien. Suite à un accrochage avec Zokora, le capitaine portugais écope d'un carton jaune (21e). Fin de match pour Ronaldo. L'attaquant, si flamboyant avec le Real Madrid, sera transparent tout le reste de la partie. Et sans son génie, le Portugal a eu du mal à exister.

La Côte d'Ivoire, beaucoup plus en jambe n'en a pas profité. Mais en l'absence de Drogba, c'est Gervinho qui a pris le rôle de guide. L'attaquant lillois a multiplié les percées sur son côté gauche. Des dribbles chaloupés, de la percussion et des frappes. Mais il n'a jamais réussi à trouver la faille. Et les Ivoriens pourraient nourrir quelques regrets.

La bonne nouvelle est que ce premier véritable choc du Mondial 2010 entre la Côte d'Ivoire et le Portugal a tenu toutes ses promesses. Pas de but certes, mais une grosse intensité durant toute la partie. Les crampes de Kolo Touré dès la 75e minutes de jeu peuvent en attester. Alors même si la notion de « spectacle » n'a pas été complètement au rendez-vous entre les brésiliens africains et européens, ce groupe G, où se trouve les « vrais » Brésiliens, s'annonce électrique. Vivement le Brésil – Côte d'Ivoire de dimanche (20h30).