Accès direct au contenu

Mauvais résultat…

FC Valence LOSC : Les notes

Dimitri Payet

Lille a pris l'eau mardi soir sur la pelouse du FC Valence, et s'incline finalement 2-0. Stériles offensivement, les Dogues n'ont jamais été en mesure de faire pencher la balance en leur faveur et occupent la dernière place de ce groupe F. Voici notre estimation sur la prestation du LOSC.

Mickaël Landreau : 3,5

Le gardien lillois a vécu une rencontre plutôt bizarre. Impuissant sur le premier but de Jonas (38e), il est le principal fautif sur la seconde réalisation de l’attaquant valencian (74e) alors qu’il n’a pas eu un énorme travail à réaliser. Un match à oublier dans l’esprit du troisième gardien de l’équipe de France.

Mathieu Debuchy : 4

Toujours aussi disponible, l’international tricolore n’est jamais parvenu à faire la différence sur son côté en dépit d’une présence intéressante. Peu aidé par ses coéquipiers, il a parfois manqué de tranchant dans ses interventions en défense et a finalement été expulsé en fin de match après avoir écopé d’un second carton jaune. La soirée cauchemar par excellence.

Aurélien Chedjou : 4,5 (Remplacé par Digne, 82e)

Peu d’erreurs...mais la défaite à l’arrivée. Le roc camerounais reste un élément particulièrement précieux dans le domaine aérien mais est aux abonnés absents sur le but valencian. Malheureusement pour le LOSC, cette erreur a fait la différence...Il cèdera finalement sa place à Digne sur blessure, et le jeune latéral gauche n’a pas eu le temps de se mettre en évidence (non noté)

Marko Basa : 4,5

Même son de cloche pour son compère de la défense centrale. Basa s’est montré robuste, incisif mais n’a pas été au rendez-vous sur l’ouverture du score. L’ancien Manceaux a parfois pêché dans la relance, mettant ainsi son équipe en difficulté à plusieurs reprises.

Franck Béria : 3,5

Préféré à Digne sur le flanc gauche de la défense, il a montré du bon et du moins bon au Mestella. Précieux offensivement, il a parfois trop délaissé son côté et s’est fait surprendre plusieurs fois dans le dos comme sur ce face à face Landreau-Feghouli manqué par l’Algérien (8e). Il a terminé la rencontre dans l’axe après la sortie de Chedjou.

Idrissa Gueye : 3

Assurément l’un des maillons faibles côté lillois mardi soir. L’international sénégalais a trop souvent évolué à contretemps et s’il a su répondre au combat physique imposé par les Espagnols, ses transmissions de balle ont laissé à désirer.

Florent Balmont : 4

Il a profité de l’absence de Mavuba pour retrouver le onze de départ à Valence et s’est montré plutôt à son avantage, contrairement à ses partenaires du milieu de terrain. Toujours aussi disponible et solide sur ses appuis, il a tenté d’apporter un maximum de solution dans ses appels et ses passes. En vain.

Benoit Pedretti : 3,5

Moins en vue que Balmont mais plus efficace que Gueye, voila où situer Benoît Pedretti sur cette rencontre. L’ancien auxerrois a manqué d’efficacité dans ses relances mais reste un élément-clé dans l’entrejeu du LOSC, notamment dans le domaine de la récupération. Dommage qu’il n’ait pas été sous son meilleur jour dans la tenaille espagnole.

Dimitri Payet : 5,5

Branché sur courant alternatif durant toute la rencontre, le feu follet lillois a été le seule attaquant à venir provoquer la défense adverses comme en témoignent ses différentes occasions sur lesquelles il ne doit à personne (36E, 43e, 63e). Malheureusement pour lui, l’efficacité n’était pas au rendez-vous et Lille n’a pu trouver la faille.

Ryan Mendes : 4 (Remplacé par Rodelin, 72e)

Quelques accélérations et des mouvements intéressants en début de rencontre... Mais l’ancien Havrais s’est peu à peu éteint au fil de la rencontre. Pour la deuxième apparition de sa carrière en Ligue des Champions (après Borisov), il a affiché les signes d’un grand espoir en manque cruel d’expérience. Même son de cloche pour son successeur qui a couru dans le vide durant une vingtaine de minutes (3,5).

Nolan Roux : 2,5 (remplacé par De Melo, 64e)

Un seul mot : fantomatique. Rudi Garcia espérait jouer sur la profondeur en profitant de sa présence à la pointe de l’attaque, finalement Roux a été remué pendant une bonne heure par les défenseurs adverses et n’a pas pesé sur la cage de Panadero. Quant à Tulio de Melo, il n’a pas été plus heureux et n’a pas eu de balle de but à se mettre sous la dent dans ce match plutôt fermé (3).