Accès direct au contenu

Au sommet

Euro 2012 : le déclic de Torres

Fernando Torres

Vicente Del Bosque, le sélectionneur de cette équipe espagnole, avait décidé de changer la pointe de son onze de départ, en remplaçant Francesc Fabregas par Fernando Torres. Un coup de poker gagnant !

Fernando Torres n'a pas été titularisé pour rien. Le peuple espagnol le réclamait face à l'Irlande, Vicente Del Bosque l'a écouté. Plutôt qu'aligné Cesc Fabregas, il a titularisé l'attaquant de Chelsea à la pointe de l'attaque ibérique. Le sélectionneur de la Roja ne doit pas regretter son choix. Seulement quatre minutes après le coup d’envoi, Torres ne perd pas une minute pour se faufiler au milieu de la défense irlandaise. Résultat, il récupère le ballon dans la surface plein axe, se décale, drible un joueur pour ajuster sa frappe du pied droit et mystifie Shay Given d'une lourde frappe sous la barre ! Fernando Torres, dès son entrée sur le terrain, a amené une véritable dynamique, permettant aux Espagnols de conserver la balle et de faire quasiment de la passe à dix.

Un nouveau souffle

Peut-être, sans doute même, que Fernando Torres était le déclic qu’il manquait à cette équipe d’Espagne, accrochée par l'Italie dimanche (1-1). L’attaquant le savait, ses coéquipiers comptaient sur lui. En manque de temps jeu, les supporters, Vicente Del Bosque ainsi que tous ses coéquipiers lui ont donné toute la confiance nécessaire pour qu’il puisse exprimer son talent sur le terrain. Talent qu’il a encore une fois prouvé en partant en contre à 70e minute pour marquer son deuxième but de la rencontre en gagnant son face à face avec Given. Et éliminer définitivement l’Eire de la compétition. A noter aussi, qu’avec ses deux buts marqués ce soir, Torres compte 30 buts dans la sélection espagnole et dépasse ainsi Fernando Hierro (29 buts), mais reste derrière David Villa (51 buts) et Raul Gonzalez (44 buts). Quel show !

Par Amélie Lesoudier