Accès direct au contenu

Tout ça pour ça

Henry ne balance rien

Dans l'entretien accordé à Canal +, Thierry Henry avoue qu'il s'est senti exclu du groupe France lors de la Coupe du monde. En revanche, il assure qu'il n'y a pas eu de bagarre.

Thierry Henry a été un peu plus bavard que Patrice Evra, mais l'ex-capitaine de l'équipe de France a plutôt évoqué son cas personnel que les tensions au sein du groupe France.

Sur les raisons du fiasco, il a surtout dit que les Bleus avaient "mal joué". En revanche, il assure que Raymond Domenech dirigeait bien l'équipe. "Certains sont d'accord ou pas, mais c'est le coach qui prenait les décisions."

Ensuite, Thierry Henry a longtemps évoqué son cas personnel. Il s'est senti "à l'écart" du groupe. "On ne me parlait plus comme avant. J'aurais pu avoir un rôle de grand frère, mais quand vous n'avez plus de crédibilité dans un groupe, c'est difficile d'être écouté et votre fierté en prend un coup."

Sur la mi-temps de France - Mexique, on en saura pas plus. Juste que les mots de Nicolas Anelka ne sont pas ceux qui ont fait la une de l'équipe. "Ce ne sont pas les mots de Nico. Ce qui me frappe, c'est qu'il bougonnait sans son coin. Et que ces mots étaient à peine audibles. Alors je ne vois pas comment un journaliste peut affirmer ce titre."

Puis sur l'épisode du bus et du boycott de l'entraînement, comme Patrice Evra, il explique que "sur le moment, la décision a été prise à l'unanimité et qu'il n'y a eu aucune pression." Mais l'attaquant reconnaît que "c'était une erreur". 

Enfin, sur l'entretien avec Nicolas Sarkozy, on ne saura rien. "ça s'est très bien passé" a répété à trois reprise Thierry Henry avec un large sourire. 

Comme avec Patrice Evra, on reste sur notre faim. Et on se doute que ce n'est pas Eric Abidal qui va balancer. 

Est-ce que la conférence de presse de Nicolas Anelka sera plus révélatrice ? On en doute fortement!