Accès direct au contenu

Un choix à faire

EDF : Ménez-Valbuena, les pour et les contre

EDF : Ménez-Valbuena, les pour et les contre

Si Didier Deschamps semble à peu près au clair sur la composition qu’il alignera contre l’Espagne, deux incertitudes persistent. Parmi l’une d’elles, le poste d’ailier droit, où Valbuena et Ménez sont en concurrence.

Lloris, Debuchy, Koscielny, Sakho, Evra, Cabaye, Matuidi, RIbéry, Benzema. Neuf joueurs sur onze. Voilà ce sur quoi peut compter Didier Deschamps dans la catégorie certitudes. Quasiment de quoi composer une équipe. Reste donc deux postes à pourvoir. Le poste de sentinelle, où Gonalons et Capoue bataillent, et celui d’ailier droit. A ce poste, Jérémy Ménez et Mathieu Valbuena sont en concurrence. Qui Deschamps doit-il choisir ? Revue des pour et des contre.

Mathieu Valbuena

Les pour : Mathieu Valbuena ne déçoit jamais en Bleu. Le Marseillais a même été l’un des protagonistes principaux des derniers matchs de référence des Bleus (victoire en Bosnie en 2010, victoire en Angleterre en 2011, victoire en Allemagne en 2012). Combatif, il ne lâche jamais rien ce qui sera certainement utile face à la possession espagnole. Avec Valbuena, on sait également que le travail défensif sur le côté droit, en relation avec Debuchy, sera fait. Un Valbuena qui présente en prime des aptitudes au dessus de la moyenne pour conserver le ballon. Lorsque l’on sait que résister au terrible pressing espagnol sera l’une des clés du match, c’est un atout précieux.

Les contre : L’équipe de France devrait bénéficier, malgré l’attendue domination espagnole, de quelques bons ballons de contre. Le contre, sans doute pas la manière de jouer où Valbuena excelle le plus. Le Marseillais est plus à l’aise proche du but adverse, dans une équipe qui possède le ballon. Valbuena, c’est aussi un talent moins évident que Ménez. Enfin, Valbuena a pris l’habitude cette saison de jouer en numéro 10. Voilà quelques temps qu’il délaisse ce côté droit.

Jérémy Ménez

Les pour : Cela ne s’est pas vu suffisamment lors du match face au Japon, mais Jérémy Ménez a bien un talent hors norme. Peu de joueurs en France ont sa capacité à éliminer et créer le décalage. En une action, Ménez a la capacité de faire basculer un match. Dans une équipe qui va certainement devoir profiter de quelques miettes en contre, la vitesse dans les espaces d’un Ménez pourrait être bien utile. Un Ménez qui présente également l’avantage, face à Valbuena, d’avoir un profil plus buteur, ce qui ne court pas les rues dans le onze de Deschamps. Enfin, Ménez reste sur un bon début de saison avec le PSG. Niveau état de forme, il a des arguments à avancer.

Les contres : Jérémy Ménez a souvent été cantonné comme un joueur de couloir par le fait qu’il va vite et peut éliminer facilement. Mais ce n’est pas forcément son meilleur poste. Carlo Ancelotti montre cette saison qu’un poste plus libre convient certainement mieux au Parisien. Face à l’Espagne, où il faudra tenir son couloir, c’est embêtant. Embêtant aussi, les difficultés que peut avoir à certains moments le Parisien pour effectuer le travail défensif. Enfin, face à cette grosse machine espagnole, il va falloir faire preuve de patience et ne pas se frustrer. Ce que peut avoir du mal à faire Ménez, parfois…