Accès direct au contenu

Pas parfait

EDF Kaboul Evra les petits bemols

Si l'ensemble de l'équipe de France a réussi une belle performance face à l'Albanie, Younes Kaboul et Patrice Evra ont tout de même été les deux joueurs à la traîne de la soirée...

Evra, une blessure pour couronner le tout
De toute façon, on n'avait pas senti Patrice Evra dans son assiette dès le coup d'envoi. Blessé à la cuisse, ce qui l'a contraint à céder sas place dès la pause, Evra a signé une première période assez triste. Régulièrement pris dans le dos sur son côté, il a en prime très peu apporté offensif. En résumé, tout le contraire de ce qu'a montré Anthony Réveillère. Le Lyonnais, qui pourtant n'a pas joué à gauche depuis un bon bout de temps, a été impeccable. Solide dans les quelques interventions défensives qu'il a eu à faire, Réveillère a en prime beaucoup apporté devant avec, comme cerise sur le gâteau, un but d'une belle frappe dans un angle difficile.

Kaboul, ça change de Mexès
Certes, on ne pouvait pas attendre monts et merveilles d'une charnière Rami-Kaboul qui disputait ses premières minutes ensemble sous le maillot bleu. Mais la différence de performance entre les deux hommes a été criante. Le défenseur de Valence, propre dans les duels et globalement bon dans la relance, s'est même permis quelques montées intéressantes. Kaboul, au contraire, a vraiment déçu. Notamment dans la relance où il a eu beaucoup de mal à écarter les rares ballons chauds qu'il a eu à négocier. Kaboul, Evra, deux déceptions auxquelles on aurait pu rajouter Florent Malouda. Mais malgré une faible influence du joueur de Chelsea, Malouda a eu le mérite de débloquer le compteur, avec pas mal de réussite.