Accès direct au contenu

Transparent

EDF : Gourcuff n’a pas marqué de points

Transparent, Yoann Gourcuff n’a guère convaincu ce soir face à l’Islande (3-2). Sorti à un quart d’heure de la fin, le Lyonnais s’est toutefois montré prêt physiquement. Mais a-t-il suffisamment convaincu Laurent Blanc ?

Comme Hatem Ben Arfa, Yoann Gourcuff, dont la présence dans la pré-liste de Laurent Blanc a fait beaucoup jaser ces derniers jours, était lui aussi particulièrement attendu sur la pelouse du Hainaut pour son retour chez les Bleus. Mais contrairement au joueur de Newcastle, le Lyonnais, qui n’était plus apparu en équipe de France depuis le 29 mars 2011 contre la Croatie (0-0), s’est montré nettement plus discret…

Gourcuff ne rechigne pas sur les efforts
Alors que le sélectionneur devrait dévoiler demain l’identité des deux joueurs qu’il n’emmènera pas à l’Euro (il pourrait leur annoncer dès ce soir), Gourcuff n’a clairement pas marqué de points. Mais il n’en a pas non plus perdu. Transparent dans le jeu, il s’est toutefois montré très généreux dans l’effort et rassurant sur le plan athlétique, après avoir passé quelques jours à Lorient avec le préparateur physique Tiburce Darou pour s’entretenir avant de rejoindre Clairefontaine. Comme à son habitude, il a fait beaucoup d’efforts. Souvent en vain, certes, mais il n’est pas apparu emprunté, plutôt prêt physiquement. Encourageant, sur ce point-là...

Absent des débats
Pour le reste, dans une position plus reculée que celle de Samir Nasri, Gourcuff n’a que très rarement participé aux offensives tricolores. Après une saison blanche avec Lyon, il manque encore clairement de repères sur le terrain. Et surtout de confiance. On l’a certes vu prendre sa chance, sur coup-franc, de loin. Il aurait aussi pu bénéficier d’un penalty pour une main d’un Islandais dans sa surface sur une de ses reprises. Mais c’est bien tout. Par moments, on a même pu se demander s’il était bien sur le terrain, tant il était absent des débats. Un casse-tête s’annonce pour Laurent Blanc. Même si on voit mal le sélectionneur, qui le défend bec et ongles et l'a titularisé ce soir, ne pas l’emmener à l’Euro. Le public, lui, a fait son choix : il a souvent sifflé Yoann Gourcuff.