Accès direct au contenu

Chambily esseulé

Domenech devrait en sourire

le10sport

Volontiers moqueur envers la presse et tout ce qui peut représenter une contradiction, Raymond Domenech s'apprête sans doute à vivre une jubilation intérieure s'il se rend vendredi au Conseil Fédéral. Son opposant déclaré, Guy Chambily, a ainsi été laissé publiquement en rase campagne par ses petits camarades, décidés à maintenir le sélectionneur national.

Enfin une voix discordante appréciaient mardi matin les «anti-Domenech» après les déclarations de Guy Chambily dans France Football. L'ancien président de Caen et doyen du Conseil Fédéral affirmait partir en croisade vendredi contre l'hérétique Domenech. La porte était ouverte à ceux qui partagent cette défiance à l'égard du sélectionneur national. Ils l'ont refermé sur les doigts de l'imprudent. Vendredi, le Conseil Fédéral maintiendra Domenech en poste. C'est une certitude. Le vote sur cette question est plus qu'hypothétique. Le débat, lui, devrait à peine être effleuré.

Un seul membre du Conseil Fédéral ne s'est pas élevé contre la démarche de Chambily, Jacques Thébault, représentant du monde professionnel : «Ce n'est pas anormal d'aborder cette question. C'est quand même un sujet d'actualité. Chacun s'exprimera. S'il y a un vote, cela doit être à bulletins secrets», a-t-il estimé pour Le Parisien. Tous les autres refusent d'aborder la question estimant qu'il est désormais trop tard pour changer de sélectionneur. Même ceux qui le souhaitaient il y a peu comme Frédéric Thiriez ou Christian Teinturier, vice-président de la FFF. Le Conseil Fédéral n'est pas dans son ensemble un adepte de la méthode et du discours Domenech mais il est résigné à les subir jusqu'au Mondial. Nous aussi.