Accès direct au contenu

TANDEM

Aulas blanc ticket gagnant

Coup de théâtre ce matin. Escalettes annonce «confidentiellement» qu'il cherche un successeur à Domenech quand Aulas se déclare candidat à un poste inexistant de super-manager. A part ça, tout va bien chez les Bleus.

Bienvenue dans le monde merveilleux de l'Equipe de France, avec un Président de la Fédération Française de Football qui à défaut d'enfiler les perles, les enchaîne. Dernier exemple en date dans un entretien accordé à Sud Ouest le 29 novembre dernier : «Le contrat de Raymond se termine après la Coupe du Monde et il va falloir penser, avant le Mondial et de manière confidentielle, à trouver son successeur.» C'est assez magique de déclarer dans un quotidien, régional certes, mais avec une audience tout à fait respectable, que l'on va chercher de manière «confidentielle» un nouveau sélectionneur. Une phrase qui trouvera certainement une très bonne place dans le dictionnaire des déclarations improbables de Jean-Pierre Escalettes. Mais avec lui, le meilleur est toujours à venir et le pire n'est jamais certain. Toujours est-il que Laurent Blanc apparaît comme la piste prioritaire pour succéder à Raymond Domenech. Encore faudrait-il que le «Président» accepte de travailler avec ce personnage, sympathique au demeurant mais qui a trop souvent fait preuve d'amateurisme.

Aulas, ce visionnaire
Peut-être inspiré par les propos du patron de la FFF, un autre «boss» du football français, Jean-Michel Aulas, est sorti de son mutisme qui durait depuis au moins 24H pour déposer une candidature, au micro d'Europe 1, à un poste qui n'existe pas : celui de manager des Bleus! Il a d'abord dressé un constat : "Il y a urgence, il faut trouver le manager, l'élément de dynamisation qui va faire que cette équipe aille le plus loin possible" , puis posé le problème :"structurellement, il manque le patron de l'équipe de France" et enfin apporté la solution qui n'est autre que lui même :"Il faut monter une opération commando. Il y a urgence, j'adorerais faire ça. Je suis vice-président de la Ligue Nationale de Football. Mais je ne fais pas partie du club France et je le regrette. Je pense pouvoir apporter une expérience de 22 ans du monde professionnel. Je suis un peu vexé ». Et qui sait de quoi est capable un JMA touché dans son orgueil... Il semble en tout cas prêt à tout pour avoir sous ses ordres, un jour, Laurent Blanc et démontre s'il en avait besoin, qu'il a de la suite dans les idées. Depuis sa qualification (et même avant), l'Equipe de France avance dans une cacophonie qui, à la longue, fatigue. C'est peut-être pour cela que la FFF vient de donner une mission à une agence de communication française pour tenter de sauver ce qu'il reste à sauver de l'image des Bleus.

Coup médiatique pour Aulas ou véritable ambition?