Accès direct au contenu

BIEN LOIN

Anelka rigole c’est bien la premiere fois

le10sport

Dans un nouvel entretien accordé à France-Soir, Nicolas Anelka a réagi à la décision spectaculaire de la commission de discipline de lui infliger 18 matchs de suspension en équipe de France. Il «est mort de rire».Interrogé le jour de la première liste de Laurent Blanc, face à la Norvège, Nicolas Anelka refait parler de lui ce mercredi. Toujours dans les colonnes de France-Soir, son journal préféré, l’attaquant international réagit de façon virulente à la sanction de 18 matchs infligée par la commission de discipline. Mais aussi avec un étonnant deuxième degré.

Les membres de la commission ne savent pas lire :
«Qui leur a dit que je voulais rejouer en Bleu ? Si les membres de la commission avaient bien lu France-Soir, ils devraient savoir que j'ai tourné la page. Je ne devais même pas être cité par une quelconque commission. Ils comprennent uniquement lorsqu’ils ont envie de comprendre, comme d’habitude. Avec Chelsea, de toute façon, je joue déjà en bleu tous les week-ends et ça me suffit amplement".

Les membres de la commission n’ont pas peur du vide :
«Pour moi, toute cette histoire de commission de je ne sais pas quoi est une aberration, une mascarade pour ne pas perdre la face. Donc, ils ont sanctionné dans le vide car Anelka n’a jamais existé dans cette histoire pitoyable et pittoresque».

La commission est un vrai cirque :
«Ils ont amusé la galerie. Mais qu'ils tournent enfin la page, car Laurent Blanc a besoin de bosser sereinement. Ce sont de vrais clowns, ces gens. Je suis mort de rire».

L’avis de son agent Doug Pingisi
«18 matches comme sanction ou 18 ans, peu importe. Cela ne lui fait ni chaud ni froid. L’idée était de tirer sa révérence après le Mondial, quelle que soit l’issue».

(Veuillez nous excuser pour la photo, nos n'en avons aucune où Nicolas Anelka rigole)