Accès direct au contenu

La coupe de la ligue, c’est fini

PSG : Lugano ruine le rêve des Qataris

PSG : Lugano ruine le rêve des Qataris

Facile en début de match, le PSG est retombé dans ses travers en se faisant piteusement éliminer par Dijon. Fautif sur les deux premiers buts, Diego Lugano est complètement passé à côté.

Les Qataris ne l’ont jamais clairement indiqué, mais l’objectif est clair : Hamad bin Khalifa al-Thani, l’émir du Qatar, qui a déjà investi 129 millions d’euros dans le PSG, rêve d’un triplé dès sa première saison à la tête du club parisien (Ligue 1, Ligue Europa et l’une des deux Coupes nationales). Ce mercredi soir, après une élimination humiliante à Dijon dès les 1/8es de finale de la Coupe de la Ligue (3-2), les Parisiens n’ont plus le choix et devront se montrer irréprochables dans les trois autres compétitions.

Jovial a pris le dessus sur Lugano
Incapable de l’emporter après avoir pourtant mené 2-0 à la demi-heure de jeu, la bande à Kombouaré s’est tiré une belle balle dans le pied. Moins fringants ces dernières semaines, Sakho et les siens ont surtout confirmé leur nette baisse de régime. La faute, en particulier, à un Diego Lugano complètement à la rue. C’est lui, d’abord, alors que tout allait pour le mieux, qui provoqua un penalty inutile, transformé par Younousse Sankharé, en accrochant Brice Jovial sur un duel anodin (30e). C’est lui aussi, deux minutes plus tard, trop laxiste au marquage de Florin Bérenguer, qui laissa le milieu dijonnais tromper Nicolas Douchez d’une frappe croisée (32e).

La charnière Lugano-Sakho attendra encore un peu
Dépassé dans son duel avec Brice Jovial, qui évoluait encore en Ligue 2 au Havre la saison dernière, le capitaine de l'Uruguay est complètement passé à côté de son match. Pour une grosse faute sur Jovial justement, un coup de coude dont lui seul à le secret, Lugano, très nerveux, écopa même d'un carton jaune. Comme souvent, trop souvent... Pas de quoi rassurer un Antoine Kombouaré qui avait fait le choix, ce mercredi après-midi, de ne pas aligner la charnière tant attendue Sakho-Lugano, préférant glisser Mamadou Sakho sur le côté gauche de la défense, et placer Zoumana Camara, coupable d'une main sur le penalty de la victoire transformé par Jovial (61e), au côté de Lugano. Inquiétant ?