Accès direct au contenu

Big Ben Cheyrou

Cheyrou naura pas suffi

Homme de base du nouveau système Deschamps, Benoit Cheyrou est passé du statut de banni de fin de saison à celui de rouage essentiel du milieu olympien. Mercredi soir, face au Spartak Moscou (0-1), le joueur a confirmé les espoirs placés en lui ... même si cela n'a pas suffi.

Écarté par Didier Deschamps en fin de saison dernière, Benoît Cheyrou avait gouté aux joies du titre depuis le banc de touche en ami dernier et voyait l'espoir d'une sélection pour la Coupe du monde lui passer sous le nez. Mais nouvelle saison, nouveau départ pour l'ancien Bourguignon. « On commet encore des fautes dans les deux zones de vérité », le constat est lucide et a encore coûté cher mercredi soir aux Marseillais. Ces mots sortent de la bouche de l'ancien banni redevenu titulaire indiscutable depuis août. Face au manque de percussion de l'OM face au Spartak en première mi-temps, le milieu de terrain olympien avait donc décidé de s'employer en réalisant les deux frappes les plus dangereuses. En seconde période, si l'entrée de Gignac a créé quelques mouvements intéressants, c'est à nouveau Cheyrou qui parvenait à se démarquer au milieu de terrain pour offrir des solutions et servir de relais à ses attaquants. Insuffisant quand l'éfficacité devant le but adverse n'est pas au rendez-vous.

Soulagé par la stabilité

Cheyrou a brillé ce soir au Vélodrome et sous les yeux de Margarita Louis-Dreyfus, présente pour en tribune présidentielle pour la première fois de la saison. L'actionnaire majoritaire du club, certainement ravie de voir Cheyrou évoluer sous les couleurs olympiennes alors que les rumeurs de transfert ont fait légion tout l'été. « J'ai toujours voulu rester, même s'il y a eu des doutes à un certain moment, se défend le joueur. Je n'ai jamais dit que je voulais partir ». Le natif de Suresnes a donc souhaité poursuivre l'aventure avec l'OM car il a cru en la stabilité du groupe : « Je pense qu’on aura besoin de moins de temps pour être à notre top niveau cette année. On n’a pas changé d’entraîneur, et il y a eu finalement beaucoup moins de mouvements à l’intersaison. » Interrogé à la fin de la rencontre face au Spartak, il a néanmoins prévenu qu'il allait falloir « commencer à gagner ». Si pour ce nouvel exercice, le grand Cheyrou tient la distance, il pourra viser une sélection en Bleu … mais cette fois, ce sera « simplement » pour une phase de qualification.