Accès direct au contenu

Le dernier gang

Chelsea et la French Connection

Chelsea aime la France. Avec l’arrivée de César Azpilicueta en provenance de Marseille, le club de Roman Abramovic a puisé de nouveau dans le vivier de la Ligue 1. Depuis des années, les Blues pillent sans scrupules les espoirs et grands talents du championnat hexagonal. Retour sur ces joueurs qui ont traversé la Manche et se sont installés à Stamford Bridge.

Les débuts : La génération 98
A l’aube des années 2000, l’Equipe de France règne en maître sur le football. La génération Black-Blanc-Beur vient de remporter sa Coupe du Monde à domicile et la solidité défensive des hommes d’Aimé Jacquet fait rêver outre-manche. Abramovic n’a pas encore débarqué avec ses valises pleines de roubles que Chelsea s’arrache déjà la génération 98. Leboeuf, présent depuis 96, est rejoint par ses compères Desailly (1998) et Deschamps (1999). Si l’expérience du nouvel entraineur des Bleus a tourné court (1 seule saison au club), « the Rock » devient l’une des figures défensives incontournables de Chelsea malgré une fin difficile qui le verra s’expatrier pour une dernière poignée de pétrodollars au Qatar. Emmanuel Petit viendra agrandir le contingent français en 2001 et achèvera l’expérience des Blues avec cette génération dorée qui a côtoyé pendant toutes ces années un certain Roberto Di Matteo…

Le présent : Les anciens espoirs de Ligue 1
Malgré cette débauche de champions du monde et d’europe, Chelsea peine à remporter un titre. Alors en 2003, Roman Abramovic arrive pour remédier à l’hérésie. L’oligarque russe se tourne alors vers la Ligue 1 pour y trouver le futur de son club. Et regarde avec attention les trophées UNFP… En effet, Chelsea recrute successivement les vainqueurs du titre de meilleur joueur 2004, 2005 et 2007 à savoir Drogba, Essien et Malouda. Ce trio constitue pendant des années l’ossature des Blues aux cotés des Lampard et Terry jusqu’au départ de l’Ivoirien à Shangaï cette saison. Les 100 millions dépensés pour s’attacher les services des anciens pensionnaires de Lyon et Marseille permettent à Chelsea de remporter ses premiers titres de champions d’Angleterre (hormis celui de 1955) en 2005, 2006 et 2010 et de s’installer durablement sur la scène européenne jusqu’à la victoire en 2012. Une consécration pour le milliardaire qui doit également beaucoup à l’ancien rennais Petr Cech, désormais inamovible dans les cages, et au génial mais turbulent Anelka.

Le futur : Hazard et Azpilicueta
Pourquoi alors s’arrêter en si bon chemin ? Chelsea a encore lorgné du côté de notre championnat cette année en recrutant Eden Hazard et César Azpilicueta. Le Belge, consacré deux fois par l’UNFP (décidemment), a d’ailleurs déjà confirmé les espoirs placés en lui avec des passes décisives et une influence incontestable sur les résultats du club en ce début de saison. Futur dépositaire du jeu, Hazard devra encore prouver lors des gros matchs mais semble bien parti pour s’imposer comme un pion essentiel de la machine Blues dans les années à venir. Pour César Azpilicueta, s’adapter aux joutes anglaises sera un grand défi. Mais le latéral espagnol a démontré de belles choses lors de ses deux saisons à Marseille et ne subira pas de concurrence féroce à son poste. Un avantage qui ne devra pas se transformer en pression pour celui qui aura la responsabilité du coté droit de Chelsea. Mais à la vue des performances de la French Connection à Chelsea au cours des dernières années, le doute semble écarté.

Par Raphael Gaftarnik