Accès direct au contenu

Que va-t-il faire ensuite ?

Balotelli : les 5 faits marquants de son Euro

Mario Balotelli

On ne peut pas être indifférent de ce genre de joueur. Mario Balotelli déchaine les passions, les commentaires. Certains le trouvent génial, d’autres le trouvent antipathique. Mais l’attaquant italien met tout le monde d’accord : personne ne sait ce qu’il peut se passer dans sa tête. Pour preuve, les cinq faits marquant de l’Euro de « Super Mario ».

Italie-Espagne : Balotelli attire la foudre
Le premier match. Celui que tout un peuple regarde. Celui qui oppose deux géants du football. Evidemment, Balotelli ne pouvait pas faire autrement que de faire parler de lui. Tendu, on le voit taper la pelouse pour un penalty non-sifflé. Il peut être extraordinaire, et réussir un contrôle d’une aile de pigeon. Il peut être ordinaire et jouer comme un gamin de 12 ans. Il fait le plus dur en éliminant Ramos, mais s’approche de Casillas, en trottinant. Il hésite, ne sait plus quoi faire et Sergio Ramos a le temps de revenir et de chiper le ballon a Balotelli, alors que Cassano était seul au point de penalty. Remplacé à l’heure de jeu par Di Natale, ce dernier ouvre le score sur son premier ballon. Mario commence mal l’Euro.

Une œuvre d’art contre l’Irlande
Balotelli se fait discret. Même s’il est titulaire contre la Croatie, l’attaquant de Manchester City tire cinq fois au but, mais ne marque pas. Critiqué par la presse italienne pour son pauvre rendement, le sélectionneur italien, Cesare Prandelli décide de ne pas le titulariser pour le dernier match contre l’Irlande. Il fera son apparition, seulement à la 75e minute, « Super Mario » va pourtant trouver la force mentale pour inscrire un but incroyable. Sur un corner, dos au but, Balotelli reprend la balle d'une splendide retournée acrobatique. Son premier but de l'Euro.

Le mauvais geste pour fêter son but
A-t-il été inspiré par Samir Nasri, son coéquipier à Manchester City, pour célébrer son but ? Personne ne le saura mais une chose est sûre, Balotelli en voulait a ses détracteurs. Après avoir réalisé le geste parfait pour tromper Given, il se relève et commence à pointer du doigt la tribune de presse. Heureusement, son coéquipier, Bonucci, anticipe la réaction de ce caractériel. Il vient immédiatement lui poser la main sur la bouche, pour le faire taire. Mais le mal est fait. Les caméras décryptent la scène et selon les experts, le joueur aurait dit : « Figlio di putana ». Pas besoin de vous traduire les mots du joueur mais cette réaction montre bien son malaise actuel.

L’entrainement… à sa sauce
L’Italie est qualifiée, Balotelli a marqué, tout va bien dans le meilleur des mondes. Mais Mario ne s’arrête jamais. Lors d’une séance d’entrainement, ouverte aux médias, l’attaquant italien va amuser la galerie. Il va d’abord jouer avec le poteau de corner et le placer au niveau de ses « bijoux de famille. » Ensuite, des photos circuleront sur le web. On y voit Balotelli regarder ses coéquipiers faire des pompes et lui, rester allonger sur la pelouse. Un peu feignant Mario ? Il continuera à faire partager son humour à son ami Di Natale. Il lui chuchote dans l’oreille une phrase, et quelques instants plus tard, les deux humoristes attrapent les pieds de Cassano et le font tomber. Voilà l’entrainement à la sauce Balotelli.

Il se compare à Peter Pan
Depuis le début de la compétition, il n’avait pas été devant la presse. Hier, il était le joueur italien à s’exprimer avant la rencontre face à l’Angleterre. Et même en dehors des terrains, il ne se passe pas un jour où « Super Mario » ne fasse une sortie fracassante. Il n’a pas hésité, hier, à se comparer à un certain… Peter Pan ! « On pourrait me comparer à Peter Pan car je fais ce que je veux, comme je le veux, avec liberté. Mais je suis plus un homme que Peter Pan. » Une façon bien à lui d’expliquer à tout le monde qu’il décide lui seul de son comportement ? Balotelli devra, quoi qu’il arrive, garder ses nerfs.

Benjamin Bouchard