Accès direct au contenu

Gunners en berne

Avant le Barca Arsenal nest pas au point

Manquant de vitesse et de panache, Arsenal a montré un visage très sombre devant Sunderland et peut s'inquiéter avant d'aller à Barcelone mardi en Ligue des champions.LES + d’Arsenal :Bendtner est crédible Avoir perdu Robin van Persie est le gros désavantage des Gunners avant de se rendre à Barcelone. Mais Nicklas Bendtner ne sera pas un faire-valoir. Moins technique et talentueux que le Batave, le Danois est crédible en n°9, a gagné en vitesse et a travaillé la complicité avec ses partenaires. Devant Sunderland, il a trouvé les bons appels, a souvent faussé compagnie à ses adversaires et s’est donc procuré des situations dangereuses (retourné sur corner, reprise de demi-volée…). On se rappelle également qu’il avait été le seul à marquer la saison dernière à Barcelone…

Entente Sagna-Nasri au point
Le couloir droit est la force de cet Arsenal-là. Et Bacary Sagna en est le détonateur. «Au Camp Nou, ce sera la guerre», déclarait-il dans Le 10 Sport Hebdo ce jeudi. On le croit volontiers. Sa complicité avec Samir Nasri a encore sauté aux yeux même si ce dernier a été moins en vue que d’habitude (superbe slalom toutefois à la 35e). Mais défensivement et offensivement, Sagna, c’est du solide. En fin de match, Sagna a dû combiner avec Bendtner, repositionné à la place de Nasri.

Arshavin est plus collectif
Après un passage à vide en début d’année, le Russe semble avoir retrouvé du mordant, de la profondeur. Arshavin a même été plus collectif que d’habitude, parfois trop… Titulaire dans le couloir gauche, il a offert des propositions à ses coéquipiers. Il a raté une superbe occasion sur une offrande de Chamakh à l’heure de jeu. Attention enfin à ne pas trop repiquer dans l’axe même si l’initiative de dédoubler pour Clichy est louable. 

Les – d’Arsenal :
Manque de mouvement et de rythme
Arsène Wenger a surpris en déliassant son 4-2-3-1 habituel pour un 4-3-3 en losange (voir plus bas). Du coup les Gunners en mal de repères ont mis une bonne demi-heure avant d’entrer dans leur match, en manquant de mouvement autour du porteur de ballon. Les changements de rythme ont également fait défaut. Mais n’oublions pas que la configuration au Camp Nou sera différente puisque Barça devra faire le jeu et se découvrira plus que les Black Cats.

Axe Koscielny-Szecnsy-Djourou friable
Même si Wenger semble avoir trouvé son axe défensif avec la doublette Djourou-Koscielny, celle-ci doit encore peaufiner ses réglages. Notamment du côté de Djourou, le Suisse prenant un malin plaisir à défendre haut et partir balle au pied dans des relances risquées loin de sa zone. Enfin, on attendait le premier échange Szczesny-Koscielny après la boulette contre Birmingham dimanche dernier. Il a été mitigé, l’ancien défenseur de Lorient peinant à intervenir sur un rebond devant un adversaire. 

Pourquoi Wilshere en soutien de Bendtner ?
Wilshere à la pointe du losange alors qu’on attendait plutôt Diaby. C’était la nouveauté de Wenger mais celle-ci n’a pas vraiment été fructueuse. Wilshere a toujours autant de feu dans les mollets mais semble plus utile pour couper des liaisons adverses dans un profil plus défensif que pour offrir des caviars à ses attaquants. Il est, du coup, redescendu très bas pour chercher des ballons propres. Par éclair, Diaby a été plus inspiré sur quelques passes en profondeur.

Zoom sur le match de Sessegnon
Rien à voir avec le choc FC Barcelone-Arsenal, on s’est attardé sur la prestation de Stéphane Sessegnon du côté de Sunderland. L’ancien Parisien, qui n’a pas encore gagné le moindre match depuis son arrivée (4 défaites et 1 nul), a été plutôt bon. Encadré par Malbranque et Richardson, l’ancien joueur du PSG s’est même signalé en cadrant la première frappe de la partie, repoussée des deux poings par le gardien d’Arsenal (17e). Mais Sessegnon, complice avec Gyan, s’est liquéfié au fil des minutes, manque de condition physique oblige. A la pause, il semblait déjà bien entamé mais son travail défensif a été utile. A noter enfin qu’il a été à l’origine d’un coup-franc direct sur lequel Nasri a failli marquer (73e).