Accès direct au contenu

CHRONOLOGIE

Algerie la lente descente aux enfers

La défaite humiliante de l'Algérie face au Malawi, lundi pour son entrée lice dans la CAN, fait d'énormes remous en interne. Bagarre, claquements de porte, départ? Retour sur trois jours cauchemardesques, relatés grâce à notre envoyé spécial en Afrique. Lundi, dans l’après-midi : Malawi 3 – 0 Algérie Les Fennecs, après l’émulation générée par une qualification in extremis pour la CAN, reviennent sur terre en se faisant écraser par le modeste Malawi (0-3). Bougherra mais surtout Chaouchi, héros face à l’Egypte en novembre, passent à côté de l’événement.

Lundi, en conférence de presse : Saâdane évoque la chaleur
Personne ne sait comment expliquer cette contre-performance. Sauf Rabah Saâdane, qui tente d’apporter un élément de réponse assez mince : «Mes joueurs ont souffert de la chaleur et des conditions climatiques». Pour rappel, les Fennecs avaient fait leur préparation, au Castellet, dans le sud de la France où le mois de décembre a frôlé les 0°C. A Luanda, lieu du match, il faisait plus de 30°C.

Lundi, en début de soirée : Raouraoua met le feu aux poudres
Le président de la Fédération algérienne, consterné par ce qu’il a vu, veut que les Fennecs prennent conscience de l’humiliation qu’ils ont faite subir à tout le peuple algérien. «Vous avez fait un grand tapage à cause de l’argent et les primes de qualification au Mondial. Vous avez lavé votre linge sale à l’extérieur. Vous avez pensé à l’argent et oublié de vous concentrer sur la préparation et le jeu. Vous êtes devenus un sujet de plaisanterie et de critiques de la part de tout le monde».

Mardi, après l’entraînement : Chaouchi pète un plomb
Dépité et fou de rage après les trois buts concédés - dont deux lui incombent personnellement - Faouzi Chaouchi aurait pété les plombs au moment où Mohamed Ousserir, le portier du CR Belcourt, lui aurait apporté son soutien moral. Hors de lui, Chaouchi aurait asséné plusieurs coups de poing à son coéquipier après l'entraînement, mardi. Contactés, plusieurs membres de la fédération algérienne n'ont pas souhaité s'exprimer. 

Mercredi : Lemouchia claque la porte
L’ambiance délétère qui règne dans le vestiaire est bien réelle. Autre preuve de cette implosion, Khaled Lemouchia a emboîté le pas de son gardien. A la suite d'une discussion très musclée avec son entraîneur, le milieu de terrain de l'Entente de Setif (28 ans), formé à l'Olympique Lyonnais, a décidé de plier bagages.

Mercredi soir : La Fédération algérienne noie le poisson
Le joueur formé à Lyon joint les actes à la parole. Toujours selon nos informations, Lemouchia veut prendre un avion en direction de Lisbonne et annonce qu’il quitte définitivement la sélection ! La Fédération algérienne a publié un communiqué en indiquant que Lemouchia doit quitter ses partenaires pour raisons familiales.

Mercredi soir : Lemouchia prend l'avion pour Lisbonne
Considéré comme l'un des meilleurs milieux de terrain évoluant dans le championnat algérien, le natif de Givors pensait certainement être aligné demain, face au Mali. Pourtant très apprécié par Saâdane - celui qui lui a ouvert les portes des Fennecs - Lemouchia aurait pris un vol en direction de Lisbonne dans la nuit. «Il a quitté l'hôtel en dépit que certains joueurs aient tenté de le retenir au moins jusque demain matin. Mais, il n'a rien voulu savoir. C'est dommage, Khaled est très apprécié par de nombreux joueurs, même si des tensions persistent toujours au sein du groupe. Il ne faut pas oublier qu'il a joué contre l'Egypte très affaibli. Tout le monde se souvient des images de son crâne ensanglanté après le caillassage du bus. Il ne mérite pas d'être traité de la sorte», nous a confié un cadre de la sélection sous couvert d'anonymat. 

Jeudi : Saïfi part à son tour ?
Rafik Saïfi, qui devrait être remplaçant jeudi face au Mali, pourrait également partir car il ne supporte plus cette situation délétère. Et pourtant, il y a bien un match à gagner face aux Maliens. Sinon, l’élimination sera cette fois officielle

Jeudi : Saïfi limogé de son club
Rien ne va plus pour Rafik. Sur le point de quitter la sélection, l'ancien lorientais vient d'être limogé par son club d'Al Khor (Qatar). Raison invoquée : une incompatibilité de calendrier. Un peu just comme explication...