Accès direct au contenu

Des hommes et des dieux

Lalien Mourinho se refugie

Critiqué au même titre que ses joueurs et que le jeu de son équipe, José Mourinho a décidé de se cloitré toute la fin de semaine. Si en Espagne, Mourinho est dénigré, en Italie, où un livre vient de lui être consacré, il est adulé.

Le Real Madrid est toujours invaincu depuis le début de saison mais cela ne contente pas l’exigence des socios et de la presse espagnole. Les critiques s’abattent donc sur le Special One, le jeu délétère du Real, l’inefficacité de Cristiano Ronaldo et le peu de buts marqués. Face à ce climat orageux, José Mourinho a décidé de se cloitrer avec les siens instaurant le huis clos pour les séances d’entraînement et annulant les conférences de presse jsusqui’à samedi après-midi. Une adapatation difficile en Espagne pour le technicien portugais.

Pourtant, en Italie, Mourinho a toujours la cote. Un livre qui lui est entièrement consacré voit ainsi de paraître et s’intitule : L’Alieno Mourinho (L’Alien Mourinho). C’est d’ailleurs Arrigo Sacchi qui a signé la préface du livre et l’ancien entraîneur italien est dythirambique au sujet de son confrère. « C’est un homme intelligent, cultivé, stimulé par un égo très fort et par une grande passion pour le football. Un leader capable de mettre en lumière les ressources les plus enfouies de ses joueurs de donner un sentiment de sécurité et de la conviction à tous, a-t-il affrimé, élogieux. Il dirige magistralement ses équipes, tant du point de vue tactique que psychologique. C'est un phénomène à étudier, un exemplaire unique, dont il n'existe pas de clones ! ». Rien que ça. Mais Sacchi ne s’est pas arrêté là et à livrer son explication sur la fait qu’on adule ou qu’on haït le Special One. « Il génère évidemment de l'envie chez ceux qui ne pensent pas comme lui, chez les conventionnalistes et les médiocres, qui le haïssent et prétendent se mettre en travers de son chemin, avec des critiques préconçues et injustifiées. Nier qu'il est un grand entraîneur, ce serait comme affirmer qu'après le jour ne vient pas la nuit », a-t-il certifié. Des louanges dont a bien besoin Mourinho en ce moment.