Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG : Quand Ibrahimovic « avait un grand nez, zozotait et se faisait charrier par tout le monde »

Zlatan Ibrahimovic, PSG

Connu comme étant la terreur des terrains de Ligue 1, Zlatan Ibrahimovic n’a pas toujours été cet homme que beaucoup redoutent… Bien au contraire.

Issus du quartier sensible de Rosengard à Malmö en Suède, Zlatan Ibrahimovic a connu une enfance difficile. Entre sa mère, femme de ménage, qui l’éduque « à la dure » et son père qui noie son chagrin dans l’alcool, le gamin trouve refuge dans le football et s’inscrit au FBK Balkan, un club du quartier. L’international suédois était alors loin de faire l’unanimité, comme le relate VSD.

« IL SE FAISAIT CHARRIER PAR TOUT LE MONDE »

À des années lumières d’être le chambreur que l’on connaît actuellement, Zlatan Ibrahimovic était, à l’époque, la « tête de turc » de son club, comme le raconte l'un de ses anciens coéquipiers Adrian Hodza : « On jouait tous les trois pour le FBK Balkan, un club du quartier composé essentiellement de petits Yougos comme nous, autour du terrain, nos pères gueulaient, parfois se battaient. Zlatan adorait ça. Il n’était pas très grand, à l’époque. Il avait un grand nez, il zozotait, il se faisait charrier par tout le monde. » Mais le talent de Zlatan allait bientôt changer la donne…

« IL EST DEVENU UN HÉROS »

« Et puis, en 1994 ou en 1995, le FBK Balkan rencontre Vellinge, l’équipe d’un petit bled. À la fin de la première période, on est menés 4 à 0. Zlatan entre en jeu et claque huit buts! Dans le quartier, il est devenu un héros. » Un match qui le conduira au centre de formation de Malmö : « De garçon, il est devenu un homme et un super joueur, se souvient Gezim Osmani, attaquant du Malmö FF. Nous sommes devenus assez proches. Il a toujours dit que, grâce à Rosengard, il s’était forgé une mentalité de guerrier. Il a souvent expliqué qu’un type comme lui, pour gagner le respect, devait être cinq fois plus fort que n’importe qui. »

Articles liés