Accès direct au contenu

Foot - Mercato - Real Madrid

Mercato - Real Madrid : Le Real Madrid oublie déjà Iker Casillas… sur Twitter !

Après seize saisons passées au Real Madrid, Iker Casillas va quitter son club de toujours pour rejoindre le FC Porto. À peine parti, le Real Madrid a déjà arrêté de suivre San Iker sur Twitter.

Avec 725 matchs en seize saisons au Real Madrid, Iker Casillas est devenue une icône dans la capitale espagnole. Mais depuis trois saisons maintenant, San Iker n’avait plus le statut d’intouchable. Avec l’arrivée de Diego Lopez sous l’ère Mourinho ou encore de Keylor Navas sous l’ère Ancelotti, le nouveau gardien du FC Porto ne comblait plus entièrement les attentes placées en lui.

LE REAL OUBLIE DÉJÀ CASILLAS

Dans la foulée de la dernière conférence de presse d’Iker Casillas avec les couleurs Merengue, où le joueur a fondu en larmes, le Real Madrid a "unfollowé" l’emblématique gardien sur Twitter. Alors que Casillas est apparu effondré devant la presse à l’idée de quitter la Casa Blanca, cette dernière n’aura pas attendu bien longtemps avant de couper les derniers liens qui les unissaient. Le compte Twitter officiel du club en anglais continue malgré tout de suivre San Iker, mais à ce rythme-là, cela ne devrait pas durer longtemps...

RAPPELEZ-VOUS DU DÉPART DE RAUL…

Le Real Madrid n’est pas connu pour être un club sentimental envers ses anciennes gloires. Le cas Casillas n’est pas le seul à prouver que le club merengue n’a aucun mal à tourner les pages de son histoire. Rappelez-vous du départ de Raul en 2010 : le légendaire attaquant espagnol est encore le meilleur buteur de l’histoire du club et même s’il n’a plus ses jambes de vingt ans, son expérience est encore très utile dans un club qui vit un grand changement au niveau de l’effectif (début de l’ère des néo-Galactics avec les arrivées de Ronaldo, Kakà, etc…) mais les dirigeants madrilènes en décident autrement puisqu’ils le vendent dans la foulée à Schalke 04, sans réel hommage de la part de son club de cœur. La Casa Blanca commence à prendre la fâcheuse manie de laisser partir ses légendes par la petite porte…

Articles liés