Accès direct au contenu

Foot - Chelsea

Chelsea : Un entraîneur de D3 révèle pourquoi il a snobé Mourinho avant la fin du match !

Phil Parkinson, tombeur du Chelsea de José Mourinho avec Bradford, s’est expliqué concernant son refus de serrer la main du Portugais à la fin de la rencontre.

Outre-Manche, José Mourinho n’a pas que des amis. Loin de là, le Portugais a même un talent fou dans l’art de se faire des ennemis. Ses affrontements avec Arsène Wenger, dont le dernier en date a donné lieu à un débat des plus rapprochés, sont rentrés dans l’histoire de la Premier League de ces dernières années. Son manque d’humilité et sa verve cinglante ne desservent aucunement le Special One.

« IL RESTAIT ENCORE TROIS MINUTES ET DEMIE DE JEU »

Cette fois pourtant, José Mourinho a été victime de son propre jeu… sur le terrain comme en dehors. Alors que son équipe de Chelsea s’inclinait face à Bradford en FA Cup (4-2), le coach lusitanien a voulu quitter son banc avant même la fin du match. Se dirigeant vers son homologue pour lui serrer la main, il a pourtant été publiquement snobé par Phil Parkinson, qui lui a fait comprendre en désignant sa montre que le moment n’était pas encore venu. « Quand il est venu me serrer la main, il restait encore trois minutes et demie à jouer et je ne voulais pas me laisser distraire » a expliqué le coach de l’équipe de troisième division anglaise, dans des propos rapportés par le Daily Mail. « Chelsea possède des joueurs fantastiques qui peuvent faire la différence à tout moment, même à trois minutes de la fin ! Je voulais donc rester concentré sur la rencontre afin de ne surtout pas la perdre ainsi… »

« IL A PRIS LE TEMPS DE FÉLICITER MES GARS POUR LEUR VICTOIRE »

Un énième déboire qui ne manquera pas de faire les gros titres des tabloïds britanniques, qui se délectent chaque semaine des gestes de José Mourinho. Pourtant le coach de Bradford a stipulé qu’il avait trouvé le coach de Chelsea très « classe », puisque celui-ci est venu dans les vestiaires de son équipe après le match, afin de serrer la main de tout le monde et féliciter ses adversaires. « Il est venu dans les vestiaires après la rencontre et il a serré la main de tout le monde » a expliqué Phil Parkinson. « Il a pris le temps de féliciter mes gars pour leur victoire et leur performance… Je trouve que c’est vraiment un geste de grande classe ».

Articles liés