Accès direct au contenu

Foot - Barcelone

Barcelone : Les confidences du médecin qui a mis Lionel Messi au monde !

Lionel Messi, Barcelone

Alors que Lionel Messi fête ce jeudi ses 10 ans dans le groupe professionnel du FC Barcelone, la presse espagnole est allée retrouver… le médecin qui l’a mis au monde !

Si Lionel Messi a quasiment tout gagné lors de sa carrière en club avec le FC Barcelone et au niveau individuel, l’enfant de Rosario vient de loin. Avant de rejoindre la Masia, le célèbre centre de formation du Barça, l’attaquant argentin a grandi en Argentine. Alors que La Pulga fête aujourd’hui ses 10 ans en équipe première du club catalan, le quotidien madrilène Marca est allé retrouver l’obstétricien qui l’a mis au monde le 24 juin 1987, un certain Norberto Odetto.

« C’ÉTAIT LE TROISIÈME FILS DE LA FAMILLE, TRÈS ATTENDU »

« Je me souviens de Celia (Ndlr : Celia Cuttini, la mère de Lionel Messi) comme d’une bonne femme, humble, avec beaucoup de courage. Je ne l’ai jamais vu prendre peur. Elle se sentait très sûre et tranquille. Et Jorge l’accompagnait. C’était le troisième fils de la famille, très attendu », a-t-il déclaré. Si l’on apprend que Lionel Messi pesait 3 kilos et mesurait 47 centimètres à sa naissance, le médecin argentin précise également que, signe du destin, la mère de Lionel Messi a ensuite été conduite à la chambre n°10 de la maternité Garibaldi de Rosario.

« ON PARLAIT PARFOIS DE FOOTBALL PENDANT LES CONSULTATIONS »

« Cela a peut-être été un signal. On ne sait jamais. On s’imagine toujours quelle sera la vie des garçons qu’on aide à faire naître. Mais de tous ceux-là, Messi a surpassé tout ce que je pouvais imaginer. Je ressens de la joie pour lui et sa famille, parce que ce sont des gens très bien », a-t-il ajouté avant de se rappeler, en grand fan de Newell’s Old Boys, que le célèbre club argentin avait remporté le titre la saison suivante, avec un certain Gerardo Martino comme joueur. « Je m’en rappelle parfaitement. Ils étaient tous fanatiques de Newell’s. Je ne me rappelle pas de Celia, mais de Jorge oui. On parlait de football parfois dans les consultations. Dans une ville comme Rosario c’est inévitable ».

Articles liés