Accès direct au contenu

Zoom sur l’Euroligue

Tanjevic un monument

le10sport

Tous les mercredis, le10sport.com vous propose un éclairage sur l'Euroligue et sur les grosses écuries européennes. Ce soir, l'ASVEL rencontre le Fenerbahçe Istanbul de Bogdan Tanjevic, coach serbe à la carrière longue comme le palmarès de Michael Jordan.

Soirée de retrouvailles à l'Astroballe de Villeurbanne. Pour sa seconde sortie européenne après la claque reçue en Lituanie il y a une semaine, l'ASVEL retrouve une vieille connaissance, le mythique entraîneur serbe Bogdan Tanjevic. Un coach que Jacques Monclar, sur son blog, présente comme un maître. Le « sorcier » des Balkans sévit sur les parquets européens depuis 1971 et ses débuts au Bosna Sarajevo. Un monument du basket continental, que ce soit en clubs ou en équipes nationales.

Passé par Limoges et l'ASVEL

Passé par Trieste, Limoges, Villeurbanne, Milan ou encore la Virtus Bologne, ce « Europe-trotter » a acquis tout au long de ses exils une profonde connaissance de son sport et l'amour d'un jeu fluide et léché. « On essaie de faire en sorte que l'équipe exprime au mieux son potentiel : soutenir les gens qui craquent, stimuler ceux qui en ont besoin, explique Bogdan Tanjevic, les cheveux grisonnants, à propos de son métier. Une maitrise des multiples éléments de la vie d'un coach qu'il a continué de développer avec ses trois piges au service d'équipes nationales (Yougoslavie de 1980 à 1982, Italie de 1997 à 2001 et la Turquie depuis 2004) dont l'apogée fut de porter l'équipe transalpine au sacre européen en 1999. Une gageure.

Champion partout

Son palmarès, loin d'être vierge mais loin d'être aussi garni que le Madison Square Garden de la grande époque, présente une particularité : Tanjevic a gagné partout où il est passé. Champion de Yougoslavie avec le Bosna Sarajevo en 1978 et 1980 puis avec Buducnost Podgorica en 2001, champion d'Italie avec Milan en 1996 et champion de France avec l'ASVEL en 2002, offrant à « La vieille Dame » son seizième titre après lequel elle courait depuis 1981! Mais la fin de l'histoire d'amour entre Tanjevic et Villeurbanne a tourné au vinaigre. Licencié par les dirigeants rhodaniens, le sélectionneur turque a alors porté plainte pour licenciement abusif. Les retrouvailles s'annoncent corsées. Après trois ans d'une longue procédure judiciaire, le coach l'avait emporté -comme sur les parquets- et récupéré 1,5 million d'euros. Homme de coups, homme de poigne, Tanjevic est une personnalité qui marque de son empreinte les clubs où il passe. Et l'ASVEL de Vincent Collet, réel passionné de basket s'il en est, sait ce qui l'attend.