Accès direct au contenu

Patron

NBA : le début de saison retentissant de Tony Parker

Tony Parker

Tony Parker n’en finit plus de surprendre. A 30 ans, il semble bien parti pour produire l’une de ses meilleures saisons en NBA. De bon augure pour des Spurs, une nouvelle fois favoris dans la course au titre.

Une fois la déception des Jeux Olympiques passée, TP est retourné du côté de San Antonio pour préparer sa douzième saison sous le maillot des Spurs. Son palmarès est déjà bien garni avec trois titres NBA en 2003, 2005 et 2007. Mais le natif de Bruges est un compétiteur dans l’âme et a faim de victoires, surtout après l’élimination surprise aux portes de la finale la saison dernière : « On a de grandes chances. J’aime bien notre groupe, ce qu’on est en train de construire. On a choisi la stabilité » avait-il déclaré au 10 Sport dans l’édition du 11 octobre. Véritable taulier dans le vestiaire et sur le terrain, il forme avec Tim Duncan et Manu Ginobili l’un des trios les plus impressionnants de NBA.

Un départ tonitruant
Trois matches, trois victoires. Le début de saison est parfait pour les Spurs du mythique coach Gregg Popovich. Si Tim Duncan est en grande forme, Tony Parker a prouvé lui aussi qu’il fallait compter sur lui cette saison. Et dans tous les domaines. Réputé pour sa vitesse et son jeu en pénétration, TP a toujours cherché à se montrer plus efficace sur les tirs longue distance : « Le shoot à 3 points, c’est vraiment un domaine dans lequel j’aimerais encore évoluer. Au fil des années, il va falloir que je m’appuie sur ce shoot. » Le dire c’est bien, agir c’est encore mieux. Et ce début de saison répond parfaitement aux attentes du Français. Il affiche un taux de 75% de réussite à 3 points (3 sur 4) mais le plus frappant est le caractère décisif de ses tirs. Lors du match d’ouverture sur le parquet des Hornets, il inscrit un panier à 3 points à 50 secondes de la fin alors que les Spurs étaient menés 95-94. Le choc face au Thunder d’Oklahoma City, finaliste la saison dernière, va littéralement placer TP sous le feu des projecteurs. 84-84, 5 secondes à jouer : Parker se démarque, reçoit la balle et tente sa chance au dessus du grand Serge Ibaka… Et ça rentre. Il offre la victoire au buzzer. La nuit dernière, il a récidivé en étant le meilleur marqueur (24 points) et meilleur passeur des Spurs (10 passes). Il affiche une moyenne de 20,3 points et 9 passes par match, de quoi espérer une longue et belle saison avec à la clé un possible quatrième titre NBA.

Par Mathieu Lefevre